Actualités

  • Retrouver le temps de se perdre

    Pourquoi avons-nous tenu si longtemps ? Douze ans à faire un journal tous les deux mois, cinq par an avec la pause estivale. Une régularité de métronome. Une discipline à toute épreuve.

    Jamais rien ni personne ne nous a obligés à tenir ce rythme. On aurait pu espacer. Ou en sauter un de temps en temps. Ou arrêter. Mais non. Depuis douze ans, tous les deux mois, un journal. Soixante-cinq numéros (avec le numéro zéro). C’est peu et beaucoup à la fois, surtout pour une petite équipe de branquignoles comme la nôtre. Vingt pages A3 tous les deux mois, c’est pas non plus l’amer à boire. Mais quand même : à chaque numéro, il y a plein de sujets commencés non-aboutis, et puis les articles qu’il faut terminer, décider lesquels paraîtront, les écrire, calibrer, réécrire, corriger, illustrer, maquetter, encore corriger, traquer le double espace, et enfin créer le PDF final. Souffler pendant les trois ou quatre jours d’impression et puis, les journées de distribution, de vente à la criée, d’envois, de réponses aux mails laissés dans le vent pendant des semaines. Après, une courte pause et replonger dans le numéro suivant. On se plaint pas hein, on raconte. À vrai dire, on est même plutôt heureux de se dépatouiller dans tout ce bordel.

    N’empêche qu’à chaque fois, les deux mois passent comme deux semaines, trop vite.
    C’était pas notre plan, il y a douze ans. Quand on a lancé ce canard, on avait bien marqué sur la une « parution à l’improviste  ». On voulait pas se mettre un boulet au pied. Quitte à être pas ou mal payés, autant ne pas avoir le stress du rétroplanning, autant avoir la liberté de pouvoir se perdre, de ne pas avoir une copie à rendre à date fixe.
    Mais en fait, au bout d’un moment on s’en est rendu compte : sans l’avoir planifié on sortait un journal tous les deux mois. Alors on a acté cette régularité. Le « parution à l’improviste » a laissé place sur la une du numéro 12 (octobre 2011) à « bimestriel à l’improviste » puis tout simplement à partir du numéro 13 « bimestriel ». Et depuis ce temps, cinquante numéros quand même, dix ans ma gueule, ça n’a pas changé.

    Le Postillon n’est plus «  à l’improviste », il est « bimestriel ». Pourquoi cette régularité ? Pour faire sérieux auprès des buralistes, des lecteurs ? Pour rassurer les abonnés ? Pour rentrer dans une case, pour être respectable ? Pour assurer quelques rentrées d’argent régulières et pouvoir (un peu) se payer ?

    Toujours est-il que dernièrement, on se sent un peu enfermés – notamment – par cette régularité. Il y a aussi les départs de certaines personnes, cette sordide psychose sanitaire et ses multiples prises de tête, l’indifférence croissante pour la presse papier en général, etc. Bref, on a un peu le sentiment de vivre une fin de cycle.

    Comment (se) donner de l’air, comment (se) surprendre ? Dans l’idéal, on aurait aimé changer la périodicité pour la réduire, passer en mensuel, ou en quinzomadaire, faire un journal sur le vif, plus nerveux, encore plus à l’arrach’ que maintenant, ruer dans les brancards. Jolis fantasmes mais force est de constater qu’on a pas les forces pour, en tout cas pour l’instant.

    Alors, à moyen terme, on va plutôt espacer. Faire des numéros plus conséquents mais moins souvent. Sûrement chambouler le format, le papier, la maquette (et donc aussi… le prix) [1]. À vrai dire on sait pas encore trop. Ce qui est sûr, c’est qu’on sortira un nouveau numéro spécial montagne avant l’été. Pour celui-là comme pour les prochains, on a surtout envie de retrouver le temps de se perdre.

Derniers articles en ligne

  • L’épidémie de centres commerciaux s’aggrave sur l’agglomération

    « La nouvelle vague qui approche va être encore plus violente que les précédentes. » C’est le cri d’alarme de Monique, directrice du Chuga (Consumérisme : une Hérésie ! Urgence de Gérer les Addictions). « Si rien n’est fait, le taux d’incidence sur le territoire s’approchera des 120 boutiques pour 400 000 habitants !  » Derrière cet indicateur un peu technique, ce sont les vies de dizaines de petits commerces qui sont en jeu : si la nouvelle vague annoncée par l’ouverture prochaine du centre commercial Neyrpic à Saint-Martin-d’Hères et l’agrandissement de Grand Place se confirme, la situation consumériste pourrait devenir encore plus terrible.

  • Derrière les artifices

    « C’est quand ils font le million », « C’est pour prévenir de l’arrivée de la police  », « Nan mais c’est pour Halloween  »... Depuis fin octobre, des feux d’artifice sont régulièrement tirés dans des quartiers de l’agglomération (Mistral, Alma, Abbaye-Jouhaux, Villeneuve, Village Olympique, à Échirolles, etc). À chaque fusée qui crépite au-dessus d’un quartier, les légendes urbaines se propagent comme des traînées de poudre sans que l’on prenne le temps de comprendre d’où vient la fumée. Le Daubé (16/11/2020) réussit même l’exploit de consacrer une double page aux artificiers les plus chauds de notre région sans jamais donner la parole à un ou une habitante de banlieue. Pour contrebalancer, un journaliste du Postillon a décidé d’aller s’y balader, en espérant remonter jusqu’au départ de l’incendie.

  • Passage en force pour le Métrocâble

    « Quoi qu’il en coûte . » Le Métrocâble a beau coûter 65 millions d’euros pour 3,7 kilomètres. Des enquêtes publiques ont beau avoir rendu des avis négatifs. Les avis émis lors de consultations truquées ont beau être très mitigés, les élus métropolitains ont quand même voté pour le Métrocâble. Un choix uniquement guidé par la volonté de « rayonner  ».

  • Poma de discorde

    Enfin ! Après plus de 45 ans de lobbying, l’entreprise Poma basée à Voreppe tient enfin son transport par câble dans l’agglomération grenobloise. Avec la future liaison entre Fontaine et Saint-Martin-le-Vinoux, annoncée pour 2024 après le vote favorable de la Métropole, le « leader mondial du transport par câble » parviendra à imposer ses pylônes à domicile, pour le plus grand bonheur de son chiffre d’affaires en croissance constante.

  • Aledia

    C’est la grande fierté grenobloise du moment : une nouvelle usine va être créée dans la cuvette. Ça se passe à Champagnier, sur les anciens terrains ultrapollués de Poliméri, usine chimique fermée en 2005. Après le caoutchouc, ce sont maintenant des diodes électroluminescentes qui vont être produites dans les bâtiments prochainement construits par Aledia, une start-up bien de chez nous issue du CEA Grenoble. Créée il y a neuf ans à Minatec, cette boîte possède déjà depuis l’année dernière des locaux à (...)

  • Thierry la Fronde

    Dans le numéro 53 (décembre 2019), nous mettions en jeu un abonnement de deux ans au Postillon pour la personne qui parviendrait à shooter au lance-pierres le drone qui effectue les livraisons de La Poste entre le Fontanil et Mont-Saint-Martin. Avant l’été, on apprenait que le drone avait disparu et que « l’acte de malveillance n’était pas exclu » (France 3, 04/06/2020). Depuis, personne n’est venu réclamer le lot. Quelle humilité, quel désintéressement ! Ça donne encore plus envie de rencontrer ce (...)

  • Les primaires d’EELV

    L’année 2020 a été riche en scénarios improbables, la double ration de confinement, la réélection de Ferrari à la tête de la Métropole, l’avant-dernière étape du Tour de France, le battle entre Didier Raoult et Olivier Véran, les mystères profonds du succès d’Aya Nakamura. Mais on n’est a priori pas au bout de nos surprises et un des plus grands moments de poilade du 21e siècle devrait bientôt avoir lieu : les primaires de EELV pour désigner le candidat du parti à la présidentielle de 2022. Le Postillon vous (...)

  • Courrier des lecteurs

    « Je lis souvent votre journal et ça me fait plaisir d’avoir une source d’information qui n’a pas peur de mettre le doigt là où ça fait mal. Si je vous écris aujourd’hui c’est parce que malgré le commentaire que je ferai par rapport à un de vos derniers articles, j’aimerais garder la confiance dans l’esprit critique et la justesse de vos propos afin de continuer à lire votre journal avec la même tranquillité d’esprit qu’avant. Et aussi parce que je suis en général d’accord avec vous sur les problèmes de (...)

  • De l’agent orange a été fabriqué à Pont-de-Claix

    Connaissez-vous « l’agent orange » ? Selon Wikipédia, « l’agent orange est le surnom donné à l’un des herbicides arc-en-ciel, plus précisément le défoliant le plus employé par l’armée des États-Unis lors de la guerre du Vietnam entre 1961 et octobre 1971. Le produit était répandu principalement par avion au-dessus des forêts vietnamiennes ou sur des cultures vivrières. L’agent orange est responsable de plusieurs maladies chez les militaires assurant sa dispersion mais surtout chez les civils et combattants (...)

  • La trottinette électrique, un gadget pas bio

    Une tombola de « Noël avant l’heure » promet en gros lot une trottinette électrique. Youpi ! La tombola est organisée par quatre magasins bio du quartier St-Bruno, tous situés dans le fameux « cluster bio » de l’angle des rues Nicolas Chorier et Abbé Grégoire : Casabio, le Pain des cairns, la boucherie L’art des terroirs et la Fromagerie de Caroline. Le bio, cette méthode de culture tournée à l’origine vers le lien à la terre et le refus des pesticides et engrais de synthèse, est peu à peu devenu un label (...)

0 | ... | 90 | 100 | 110 | 120 | 130 | 140 | 150 | 160 | 170 | ... | 1210