Actualités

  • Retrouver le temps de se perdre

    Pourquoi avons-nous tenu si longtemps ? Douze ans à faire un journal tous les deux mois, cinq par an avec la pause estivale. Une régularité de métronome. Une discipline à toute épreuve.

    Jamais rien ni personne ne nous a obligés à tenir ce rythme. On aurait pu espacer. Ou en sauter un de temps en temps. Ou arrêter. Mais non. Depuis douze ans, tous les deux mois, un journal. Soixante-cinq numéros (avec le numéro zéro). C’est peu et beaucoup à la fois, surtout pour une petite équipe de branquignoles comme la nôtre. Vingt pages A3 tous les deux mois, c’est pas non plus l’amer à boire. Mais quand même : à chaque numéro, il y a plein de sujets commencés non-aboutis, et puis les articles qu’il faut terminer, décider lesquels paraîtront, les écrire, calibrer, réécrire, corriger, illustrer, maquetter, encore corriger, traquer le double espace, et enfin créer le PDF final. Souffler pendant les trois ou quatre jours d’impression et puis, les journées de distribution, de vente à la criée, d’envois, de réponses aux mails laissés dans le vent pendant des semaines. Après, une courte pause et replonger dans le numéro suivant. On se plaint pas hein, on raconte. À vrai dire, on est même plutôt heureux de se dépatouiller dans tout ce bordel.

    N’empêche qu’à chaque fois, les deux mois passent comme deux semaines, trop vite.
    C’était pas notre plan, il y a douze ans. Quand on a lancé ce canard, on avait bien marqué sur la une « parution à l’improviste  ». On voulait pas se mettre un boulet au pied. Quitte à être pas ou mal payés, autant ne pas avoir le stress du rétroplanning, autant avoir la liberté de pouvoir se perdre, de ne pas avoir une copie à rendre à date fixe.
    Mais en fait, au bout d’un moment on s’en est rendu compte : sans l’avoir planifié on sortait un journal tous les deux mois. Alors on a acté cette régularité. Le « parution à l’improviste » a laissé place sur la une du numéro 12 (octobre 2011) à « bimestriel à l’improviste » puis tout simplement à partir du numéro 13 « bimestriel ». Et depuis ce temps, cinquante numéros quand même, dix ans ma gueule, ça n’a pas changé.

    Le Postillon n’est plus «  à l’improviste », il est « bimestriel ». Pourquoi cette régularité ? Pour faire sérieux auprès des buralistes, des lecteurs ? Pour rassurer les abonnés ? Pour rentrer dans une case, pour être respectable ? Pour assurer quelques rentrées d’argent régulières et pouvoir (un peu) se payer ?

    Toujours est-il que dernièrement, on se sent un peu enfermés – notamment – par cette régularité. Il y a aussi les départs de certaines personnes, cette sordide psychose sanitaire et ses multiples prises de tête, l’indifférence croissante pour la presse papier en général, etc. Bref, on a un peu le sentiment de vivre une fin de cycle.

    Comment (se) donner de l’air, comment (se) surprendre ? Dans l’idéal, on aurait aimé changer la périodicité pour la réduire, passer en mensuel, ou en quinzomadaire, faire un journal sur le vif, plus nerveux, encore plus à l’arrach’ que maintenant, ruer dans les brancards. Jolis fantasmes mais force est de constater qu’on a pas les forces pour, en tout cas pour l’instant.

    Alors, à moyen terme, on va plutôt espacer. Faire des numéros plus conséquents mais moins souvent. Sûrement chambouler le format, le papier, la maquette (et donc aussi… le prix) [1]. À vrai dire on sait pas encore trop. Ce qui est sûr, c’est qu’on sortira un nouveau numéro spécial montagne avant l’été. Pour celui-là comme pour les prochains, on a surtout envie de retrouver le temps de se perdre.

Derniers articles en ligne

  • Le marché noir au bout du doigt

    À l’époque de la numérisation généralisée, le marché noir s’adapte et se virtualise. À Grenoble comme ailleurs, on trouve de tout sur Snapchat. Le réseau social, où les messages s’effacent automatiquement au bout de quelques minutes, est un discret marché à ciel ouvert bien pratique pour conserver l’anonymat des utilisateurs. Shit, coke, clopes, fausses cartes de stationnement, pronostics sur les courses de chevaux, paniers de fruits, dentifrice, etc. Plongée dans le Snap de la « bicrave  » tous azimuts.

  • Kafka dans mon appart’

    L’arbitraire policier ne s’applique pas qu’aux manifs ou quartiers populaires. Parfois, il peut même surgir pour une banale histoire de séparation conjugale. Sylvie a travaillé en tant que cadre dans plusieurs grosses entreprises de l’agglomération et ne participe pas aux manifestations : son profil diffère sensiblement des victimes ordinaires des violences policières. Et pourtant, après avoir été violentée par la police municipale d’Échirolles, elle se retrouve aujourd’hui convoquée pour « rébellion et violences contre personne dépositaire de l’autorité publique ».

  • Premiers sur le rap, derniers sur la Rep

    Quand les médias nationaux parlent du quartier Mistral à Grenoble, c’est toujours à propos de trafic, d’armes, de violences, de descentes de flics et de clips de rap. Mais jamais on ne parle des enfants, de leur vie dans un tel contexte de misère et de violence, de leur éducation. Jamais on ne parle de l’école Anatole France qui n’est pas classée en Rep (réseau d’éducation prioritaire) à cause d’une absurde règle administrative. Jamais on ne parle des instits qui se battent pour aider ces gamins, mais qui souffrent du manque de moyens et de reconnaissance. L’occasion de leur donner la parole.

  • École Clemenceau : la com’ ça ose tout

    Même quand ils font des choses bien, les élus rouges-verts de Grenoble font tout foirer avec une com’ outrancière et prétentieuse. Démonstration avec la rénovation de la cour Clémenceau.

  • CEA kyste au bras

    Le CEA (Commissariat à l’énergie atomique) est une institution locale, abritée par des barbelés vidéo-surveillés. Quand la communication officielle révèle ce qui se passe dans ses labos ça paraît toujours génial. Mais qui sait, par exemple, qu’en juin dernier, un salarié de 40 ans s’est suicidé et que certains syndicats mettent en cause la surcharge de travail ? Qui sait que ce suicide n’est pas le premier, un de ses anciens collègues s’étant lui aussi suicidé en 2015 ? Qui sait que les nouvelles technologies vendues comme propres et non polluantes passent par des process dangereux saturés de produits chimiques ?
    Le secret-défense est une des marques de fabrique du centre, même quand la santé des salariés est en jeu.
    Cyril Delaunay a bossé longtemps dans ce centre, en tant que salarié détaché de STMicroelectronics. Mais il a fini par se faire virer, notamment pour avoir dénoncé de nombreux dysfonctionnements. Aujourd’hui qu’il a retrouvé sa liberté de parole, il raconte dans ce témoignage une partie de l’envers de la com’ du monde merveilleux de la microélectronique.

  • La novlangue partagée

    Rions un peu (jaune) avec l’habitat partagé. En mai dernier, les élus d’Ensemble à Gauche Guy Tuscher et Bernadette Richard-Finot dénonçaient la vente d’un terrain de la Ville de Grenoble rue Moyrand à un groupe d’habitat participatif appelé « La belle verte » seulement constitué de deux familles. Si les deux élus se déclaraient « favorables à l’habitat participatif » ils assuraient que « ce projet n’avait de participatif que le nom » et était en fait « un projet de colocation amélioré qui permet à deux (...)

  • L’eau potable rançonnée par l’industrie des puces électroniques (suite)

    Dans un article du Postillon n°42 (automne 2017), on racontait comment les autorités se démenaient pour permettre à la multinationale STMicroélectronics, dont un site de production est basé à Crolles, de consommer toujours plus d’eau alors que les « alertes sécheresse » se multipliaient dans le département de l’Isère. À l’époque, STMicro consommait déjà 92 litres par seconde et envisageait de passer à 176 litres par seconde suite à la « création d’une nouvelle unité de fabrication de semi-conducteurs ». Cette (...)

  • Julien Polat : que de la gueule

    Dans Le Postillon n°55 (avril 2020), on racontait que le maire de Voiron Julien Polat avait été visiblement agacé par notre article du n°54 (février 2020) et que son équipe avait distribué un texte dans les boîtes aux lettres pour démonter notre article et ses « allégations calomnieuses » : « Voiron est traînée dans la boue par le portrait épouvantable qui en est dressé. (…) Cela me touche profondément. J’ai donc saisi la justice en portant plainte pour diffamation. » Cette intention de porter plainte avait (...)

  • Panique ton maire

    Attention ! Si vous parlez à votre maire, faites-le surtout de manière révérencieuse, sans jamais hausser le ton. Un mot de travers et vous pouvez vite vous retrouver avec trois mois de sursis de prison et 1 000 euros d’amende. Telle est en tous cas la morale du procès qu’a subi un jeune homme ayant interpellé le maire de Voiron. Dans Le Postillon n°54, on racontait son intervention lors de l’inauguration du local de campagne de Julien Polat afin de « réclamer justice » à propos d’une « agression (...)

  • Les cimetières sont plein de gens irremplaçables

    D’une petite phrase à une interview sur BFM, Piolle trace sa route vers la présidentielle de 2022. Mais avant de militer ou voter pour lui, il faut que les Grenoblois se posent la bonne question. Si jamais sa grinta le pousse jusqu’à l’Elysée, qui deviendra maire de Grenoble ?
    Elisa Martin, adjointe aux réveils difficiles ? Gilles Namur, adjoint à la canicule ? Maud Tavel, adjointe à la temporalité apaisée ?
    Antoine Back, adjoint à la collapsologie ? Yann Mongaburu, conseiller municipal délégué aux (...)

0 | ... | 110 | 120 | 130 | 140 | 150 | 160 | 170 | 180 | 190 | ... | 1210