Actualités

  • Ferrari se fait flasher

    Dans notre dernier numéro (automne 2022) sorti mardi 4 octobre, nous révélons des pratiques irrégulières du président de la Métropole de Grenoble Christophe Ferrari. Pour avoir tous les détails : foncez chez votre buraliste acheter notre journal !

    En attendant, voilà les chapeaux des deux articles consacrés à ce sujet (le reste du sommaire sera bientôt mis en ligne).

    Ferrari se fait flasher

    Les règles d’utilisation d’une voiture de service mise à disposition d’un élu sont très claires : elle ne doit servir que dans l’exercice de ses fonctions. Des règles qui ont du mal à arriver jusqu’aux hauteurs habitées par le président de la Métropole grenobloise. Depuis huit ans qu’il occupe ce poste, Christophe Ferrari a visiblement souvent confondu la voiture de service octroyée par la Métropole avec sa voiture personnelle.
    En décembre 2021, l’élu Yann Mongaburu a saisi le procureur pour alerter sur cette situation, sans néanmoins apporter de preuves. Suite à l’audition du président de la Métropole le 31 mars dernier, les enquêteurs ont clos l’affaire, alors que quelqu’un de bien informé – puisque officiant en tant que chef de cabinet de Christophe Ferrari – avait tenté de les aiguiller sur les bonnes pistes. Plusieurs mois plus tard, face au manque de remise en question du président de la Métropole, cette personne a décidé de quitter son poste, saisir elle aussi la justice et rendre publiques les preuves qu’elle a accumulées.


    "Christophe Ferrari et moi n’avons pas la même notion de l’intégrité."

    Pascal était jusqu’à peu chef de cabinet du président de la Métropole Christophe Ferrari. Un poste privilégié pour voir toutes les « négligences » éthiques de ce grand élu à propos de l’utilisation de la voiture de service, du chauffeur ou d’autres « avantages ». À sa place, nombre de salariés auraient fermé les yeux, laissé faire ou – au mieux – discrètement cherché un autre poste avant de s’en aller sur la pointe des pieds. Lui a préféré saisir la justice et parler afin d’éclairer la lanterne de tous les administrés de Christophe Ferrari. Profitons de cette chance dans ce grand entretien.

Derniers articles en ligne

  • Thierry la Fronde

    Dans le numéro 53 (décembre 2019), nous mettions en jeu un abonnement de deux ans au Postillon pour la personne qui parviendrait à shooter au lance-pierres le drone qui effectue les livraisons de La Poste entre le Fontanil et Mont-Saint-Martin. Avant l’été, on apprenait que le drone avait disparu et que « l’acte de malveillance n’était pas exclu » (France 3, 04/06/2020). Depuis, personne n’est venu réclamer le lot. Quelle humilité, quel désintéressement ! Ça donne encore plus envie de rencontrer ce (...)

  • Les primaires d’EELV

    L’année 2020 a été riche en scénarios improbables, la double ration de confinement, la réélection de Ferrari à la tête de la Métropole, l’avant-dernière étape du Tour de France, le battle entre Didier Raoult et Olivier Véran, les mystères profonds du succès d’Aya Nakamura. Mais on n’est a priori pas au bout de nos surprises et un des plus grands moments de poilade du 21e siècle devrait bientôt avoir lieu : les primaires de EELV pour désigner le candidat du parti à la présidentielle de 2022. Le Postillon vous (...)

  • Courrier des lecteurs

    « Je lis souvent votre journal et ça me fait plaisir d’avoir une source d’information qui n’a pas peur de mettre le doigt là où ça fait mal. Si je vous écris aujourd’hui c’est parce que malgré le commentaire que je ferai par rapport à un de vos derniers articles, j’aimerais garder la confiance dans l’esprit critique et la justesse de vos propos afin de continuer à lire votre journal avec la même tranquillité d’esprit qu’avant. Et aussi parce que je suis en général d’accord avec vous sur les problèmes de (...)

  • De l’agent orange a été fabriqué à Pont-de-Claix

    Connaissez-vous « l’agent orange » ? Selon Wikipédia, « l’agent orange est le surnom donné à l’un des herbicides arc-en-ciel, plus précisément le défoliant le plus employé par l’armée des États-Unis lors de la guerre du Vietnam entre 1961 et octobre 1971. Le produit était répandu principalement par avion au-dessus des forêts vietnamiennes ou sur des cultures vivrières. L’agent orange est responsable de plusieurs maladies chez les militaires assurant sa dispersion mais surtout chez les civils et combattants (...)

  • La trottinette électrique, un gadget pas bio

    Une tombola de « Noël avant l’heure » promet en gros lot une trottinette électrique. Youpi ! La tombola est organisée par quatre magasins bio du quartier St-Bruno, tous situés dans le fameux « cluster bio » de l’angle des rues Nicolas Chorier et Abbé Grégoire : Casabio, le Pain des cairns, la boucherie L’art des terroirs et la Fromagerie de Caroline. Le bio, cette méthode de culture tournée à l’origine vers le lien à la terre et le refus des pesticides et engrais de synthèse, est peu à peu devenu un label (...)

  • Maintenir les Jeunes dans les Commerces

    Dans les banlieues communistes, si les centres commerciaux s’agrandissent (voir cet article), les structures sociales réduisent la voilure. À Échirolles, la maison des habitants Surieux a été « transférée » dans le quartier des Essarts, enlevant un service de plus à une place Beaumarchais qui a vu la plupart de ses commerces fermer ces dernières années. À Saint-Martin-d’Hères, c’est la MJC Bulles d’Hères, dernière maison des jeunes et de la culture de la commune, qui est menacée de disparition suite à la (...)

  • Le Linky pour déceler les fêtes clandestines

    Dans Le Daubé (10/11/2020), on apprend que « le virus est le meilleur allié de Linky. (…) Le compteur intelligent est moins controversé depuis la Covid-19 car il favorise les opérations à distance. (…) Enedis et ses sous-traitants mettent les bouchées doubles pour passer à 100 % de compteurs Linky l’an prochain. (…) Le compteur Linky, qui favorise les gestes barrière et la distanciation physique, n’a jamais été aussi bien perçu. » Un article qui ressemble fort à du publi-reportage, en échange des (...)

  • Que fleurissent mille Buisserate

    C’est comme on avait dit : à l’intérieur de Sylvain Laval, nouveau maire de St-Martin-le-Vinoux, il n’y avait rien (voir Le Postillon n°48, 54 et 57). Maintenant y a-t-il au moins la honte ? Au premier jour du second confinement, le terrassement des jardins de la Buisserate a commencé au petit matin. Ces terres agricoles préservées au milieu d’un quartier populaire étaient défendues depuis deux ans par un collectif d’habitants et de militants écologistes de l’agglomération. Des opposants bien seuls, (...)

  • Retour de maton

    À la suite de l’article Varces attaque dans notre précédent numéro, la cheffe d’établissement du centre pénitentiaire Grenoble-Varces, Valérie Mousseef, nous a envoyé un droit de réponse afin de « proposer une véritable transparence à [notre] lectorat  ». Voici quelques extraits commentés de cette lettre dans laquelle elle s’efforce de défendre son administration.

  • Le Camionneur, le Malinois et l’Officier

    Dans l’article sur la prison de Varces de notre dernier numéro, nous évoquions un procès à venir de surveillants accusés de recel, en l’occurrence d’avoir fait rentrer des téléphones en prison pour les vendre à des détenus. Précurseurs de « l’économie circulaire », ils saisissaient ensuite ces portables pour les revendre à d’autres. Compte-rendu de l’audience du 13 juin dernier.

0 | ... | 110 | 120 | 130 | 140 | 150 | 160 | 170 | 180 | 190 | ... | 1220