Actualités

  • Achetez et offrez Le Vide à moitié vert !

    Ce sera l’évènement littéraire du 24 février prochain : la sortie du deuxième livre du Postillon, aux éditions Le monde à l’envers. Titré Le Vide à moitié vert. La gauche rouge-verte au pouvoir : le cas de Grenoble, il a pour ambition de dresser un portrait du premier mandat de Piolle à la mairie de Grenoble. Et d’éclairer ainsi les lanternes de toutes les personnes qui se demandent « comment ça se passe dans une municipalité écolo  », qu’elles soient habitantes de villes récemment conquises par les Verts, séduites par la montée en puissance de Piolle au niveau national ou simplement curieuses.
    Si beaucoup des informations présentes dans ce bouquin sont connues des lecteurs assidus du Postillon, il ne s’agit néanmoins pas d’une compilation d’articles à la manière de Mélancolie postale (notre hors-série sur La Poste). L’idée, c’était de proposer quelque chose d’un peu littéraire, en racontant aussi des bribes de vie de notre petit journal de contre-info locale, avec ses doutes, ses enthousiasmes et même parfois ses erreurs. Pour vous donner envie de vous ruer dans toutes les bonnes librairies, voici quelques extraits.

Derniers articles en ligne

  • Jardins ou piste cyclable ?

    C’est un endroit improbable, niché entre les aménagements urbains de Saint-Martin-d’Hères, tout au bout de cette immense avenue Gabriel Péri aux abords saturés de grandes surfaces. Le long de la voie ferrée, coincés entre l’Entrepôt du Bricolage et le mastodonte Ikea, cinquante ans d’histoire et un petit bout de verdure résistent encore dans le quartier des Éparres.
    Pour l’instant la trentaine de jardins ouvriers, dont une vingtaine sauvage, est toujours là. Mais depuis le mois de juin, les bineurs s’inquiètent : un projet de prolongement de piste cyclable « Chronovélo », reliant Grenoble à Gières, fait planer des menaces sur l’avenir des jardins. Seront-ils rasés en partie ? Du côté de la commune et de la Métropole (maître d’œuvre des pistes cyclables) on se veut rassurant, même si on reste dans le flou. Petite balade à la rencontre des choux, tomates, salades, concombres, poireaux, aubergines, couleurs italiennes et accents portugais. Gare aux moustiques.

  • Place de la blanche

    Une bonne adresse pour trouver de la cocaïne en centre-ville : la place Edmond Arnaud. Connu pour vendre cette poudre en quantité industrielle, le quartier fait l’objet de toutes les attentions de la justice et de la police, qui semblent déterminées à « gêner » le réseau. C’est le souhait du nouveau procureur de la République, arrivé en janvier 2019. Alors que les CRS sont envoyés pour mener le siège du « Quartier prioritaire de la ville  », consommateurs et habitants peinent à voir la différence.

  • La « culture du pouvoir », pour quoi faire ?

    Ne se sentant plus pisser après leur très relatif « bon score » aux Européennes, les Verts répètent à l’envi qu’ils sont en « capacité de gouverner  » et qu’ils doivent développer une « culture du pouvoir ». Mais pour quoi faire ? Cinq ans et demi de municipalité écologiste grenobloise ont prouvé que ce parti et ses alliés étaient effectivement en « capacité de gouverner », c’est-à-dire de poursuivre globalement les politiques menées depuis des décennies, autoritarisme et langue de bois compris.

  • Pour quelques mètres cubes par seconde de plus

    En Occitanie et en Catalogne, les « dracs » sont des « créatures imaginaires de formes variables, dont la plupart sont considérées comme des dragons représentant le diable liés à l’eau et à ses dangers ». Dans la Cuvette, le Drac est juste une rivière un peu pénible à traverser. Mais que sait-on du Drac ? Pour le quatrième épisode de ce feuilleton, on est partis à la rencontre du Drac industriel, entièrement dompté pour la production hydroélectrique. Dans ces endroits, EDF a pris tous les pouvoirs sur notre cher dragon, celui de nous interdire toute baignade sur ses plages pourtant propices et même celui de nous en empêcher tout simplement l’accès.

  • Dans les poubelles d’Obey

    Les écolos grenoblois adorent le street art, mais le street art est-il écolo ? Le Postillon a fouillé les poubelles de Shepard Fairey, la mégastar du street art, de passage à Grenoble en juin dernier.

  • Les baignades volées

    Où peut-on se baigner gratuitement dans la Cuvette ? Presque nulle part. Alors les rares sites accessibles sont victimes de surfréquentation. Dernières victimes : le lac Achard en Belledonne et le spot de la Monta à Saint-Egrève. Face aux abus, la seule réponse des autorités est l’interdiction, sans proposer d’autres solutions gratuites et accessibles. Et après, ça prétend « préparer les futures canicules »...

  • Les facteurs en travailleurs détachés

    La Poste innove encore et toujours. Surtout à propos des arrangements avec le Code du travail. Ces dernières années, elle s’est mise à embaucher des facteurs en CDI en passant par des Groupements d’employeurs logistique (Gel). Cela permet de maintenir les nouveaux venus, qui font le même boulot que les facteurs classiques mais avec un salaire plus bas, dans un climat de peur. Mais cette magouille ne rentre pas franchement dans le cadre de la loi. Récemment, le recours à des contrats Gel à été qualifié de « prêt illicite de main-d’œuvre  » et de « marchandage » par l’inspection du travail.

  • Les foulées du sel

    L’Isère est un département innovant, fleuri, en transition… L’Isère aime bien se la raconter un peu. S’il arrive que son passé le lui permette, son actualité montre qu’elle est parfois en retard d’un train. Et vu le dépeçage de la SNCF, la prochaine locomotive n’est pas forcément pour tout de suite. Pour cet épisode, partons dans la montagne où on vous propose de mettre du sel dans vos foulées.

  • Jetons les puces et les antennes à la poubelle (grise)

    L’écologie technicienne continue à faire des ravages. Comme on l’avait raconté dans le numéro 43, la Métropole grenobloise va pucer toutes les poubelles afin de mettre en place la « redevance incitative » : moins on jette dans les poubelles grises, moins on est censé payer. Le site « quotidien de l’écologie » Reporterre (05/09/2019) consacre un article élogieux à cette « innovation » présentée comme « plus juste socialement et plus efficace écologiquement ». Pour l’écologie, on repassera : la Métropole est en (...)

  • Canons à vendre

    Les responsables des 2 Alpes avaient trouvé l’idée du siècle : pour « sauver » le glacier de la station, ils ont installé six canons à neige voilà deux ans. Une première en France : la neige produite était censée faire une couverture protégeant la glace et l’empêchant de fondre. 800 000 euros dépensés, dont la plupart issus de subventions du Conseil départemental et du Conseil régional. Le but n’étant pas tant de « protéger le glacier » que les bénéfices de la station, qui vendait des forfaits tout l’été (...)

0 | ... | 130 | 140 | 150 | 160 | 170 | 180 | 190 | 200 | 210 | ... | 1140