Actualités

  • Retrouver le temps de se perdre

    Pourquoi avons-nous tenu si longtemps ? Douze ans à faire un journal tous les deux mois, cinq par an avec la pause estivale. Une régularité de métronome. Une discipline à toute épreuve.

    Jamais rien ni personne ne nous a obligés à tenir ce rythme. On aurait pu espacer. Ou en sauter un de temps en temps. Ou arrêter. Mais non. Depuis douze ans, tous les deux mois, un journal. Soixante-cinq numéros (avec le numéro zéro). C’est peu et beaucoup à la fois, surtout pour une petite équipe de branquignoles comme la nôtre. Vingt pages A3 tous les deux mois, c’est pas non plus l’amer à boire. Mais quand même : à chaque numéro, il y a plein de sujets commencés non-aboutis, et puis les articles qu’il faut terminer, décider lesquels paraîtront, les écrire, calibrer, réécrire, corriger, illustrer, maquetter, encore corriger, traquer le double espace, et enfin créer le PDF final. Souffler pendant les trois ou quatre jours d’impression et puis, les journées de distribution, de vente à la criée, d’envois, de réponses aux mails laissés dans le vent pendant des semaines. Après, une courte pause et replonger dans le numéro suivant. On se plaint pas hein, on raconte. À vrai dire, on est même plutôt heureux de se dépatouiller dans tout ce bordel.

    N’empêche qu’à chaque fois, les deux mois passent comme deux semaines, trop vite.
    C’était pas notre plan, il y a douze ans. Quand on a lancé ce canard, on avait bien marqué sur la une « parution à l’improviste  ». On voulait pas se mettre un boulet au pied. Quitte à être pas ou mal payés, autant ne pas avoir le stress du rétroplanning, autant avoir la liberté de pouvoir se perdre, de ne pas avoir une copie à rendre à date fixe.
    Mais en fait, au bout d’un moment on s’en est rendu compte : sans l’avoir planifié on sortait un journal tous les deux mois. Alors on a acté cette régularité. Le « parution à l’improviste » a laissé place sur la une du numéro 12 (octobre 2011) à « bimestriel à l’improviste » puis tout simplement à partir du numéro 13 « bimestriel ». Et depuis ce temps, cinquante numéros quand même, dix ans ma gueule, ça n’a pas changé.

    Le Postillon n’est plus «  à l’improviste », il est « bimestriel ». Pourquoi cette régularité ? Pour faire sérieux auprès des buralistes, des lecteurs ? Pour rassurer les abonnés ? Pour rentrer dans une case, pour être respectable ? Pour assurer quelques rentrées d’argent régulières et pouvoir (un peu) se payer ?

    Toujours est-il que dernièrement, on se sent un peu enfermés – notamment – par cette régularité. Il y a aussi les départs de certaines personnes, cette sordide psychose sanitaire et ses multiples prises de tête, l’indifférence croissante pour la presse papier en général, etc. Bref, on a un peu le sentiment de vivre une fin de cycle.

    Comment (se) donner de l’air, comment (se) surprendre ? Dans l’idéal, on aurait aimé changer la périodicité pour la réduire, passer en mensuel, ou en quinzomadaire, faire un journal sur le vif, plus nerveux, encore plus à l’arrach’ que maintenant, ruer dans les brancards. Jolis fantasmes mais force est de constater qu’on a pas les forces pour, en tout cas pour l’instant.

    Alors, à moyen terme, on va plutôt espacer. Faire des numéros plus conséquents mais moins souvent. Sûrement chambouler le format, le papier, la maquette (et donc aussi… le prix) [1]. À vrai dire on sait pas encore trop. Ce qui est sûr, c’est qu’on sortira un nouveau numéro spécial montagne avant l’été. Pour celui-là comme pour les prochains, on a surtout envie de retrouver le temps de se perdre.

Derniers articles en ligne

  • Piolle et Bensaid, les deux révolutionnaires qui font rêver les maternités

    Il y a peu, Piolle se présentait comme un combattant acharné contre la vente de la clinique mutualiste de Grenoble à Bernard Bensaid, surnommé le « Bernard Tapie du médico-social ». Mais depuis, il est entré en campagne présidentielle : pour gagner en popularité, il est prêt à tout. Le 5 mai, pour soutenir la grève nationale des sages-femmes à l’occasion de leur Journée internationale, Piolle a choisi d’offrir un Facebook Live d’une demi heure à la directrice de la maternité de cette même clinique (...)

  • Courrier des lecteurs

    Le Postillon, un motif de démission ?
    Ancienne habitante de Lyon où j’ai eu le plaisir de vous lire grâce à vos anciens numéros commandés, je réitère une commande de numéros afin d’apprécier le ton de votre plume. Et le format de votre journal papier qui me suit partout et où j’ai entre autres glissé les justificatifs de fin de contrat suite à ma démission. A. R.
    Le Postillon, promoteur de la cuvette
    Abonné au Postillon habitant Paris, je travaille à La Poste. L’article du n°59 sur le 1er épisode du (...)

  • BeFC, le papier connecté

    Pour Présences (31/05/2021), c’est une des entreprises symboles du « renouveau industriel en région grenobloise ». BeFC devrait produire ses premières « biopiles » dans la cuvette d’ici 2022. Qu’est-ce que c’est, des biopiles ? Selon la communication, ce sont des « systèmes de cellules à biocarburants écologiques ultra-minces, flexibles et miniatures à base de papier ». En gros ce sont des piles en papier (donc « entièrement compostables ») qui produiraient de l’électricité « à base de sucre et d’oxygène », (...)

  • Atos et les compteurs communicants

    Afin de favoriser la sobriété, la métropole lance une nouvelle application ! Et le pire c’est qu’elle est développée par la multinationale Atos, qui a simplement « pris l’engagement  » de ne pas utiliser les données collectées. Et on est prié de les croire.

  • L’appel des cabines

    Suite de la lutte pour la réinstallation de cabines téléphoniques

  • Germinal : La grosse tête

    Les requins du marketing ont une nouvelle arme : le « growth hacking  » ou piratage de croissance. En gros, il s’agit de vendre du vent en brassant du vent. Mais le pire c’est que ça peut rapporter gros. Germinal, une boîte créée à Grenoble, en a fait son fonds de commerce pour le plus grand bonheur de son fondateur, Grégoire Gambatto, un «  influenceur » au melon toujours en pleine croissance.

  • Un plan qui se déroule (presque) sans accroc

    Depuis la sortie en librairie le 24 février du livre du Postillon, Le Vide à moitié vert – La gauche rouge-verte au pouvoir : le cas de Grenoble, tout se déroule comme prévu – ou presque.

  • Le magasin sans horizon

    Des vieux « réacs » contre des militantes du féminisme et du décolonialisme. C’est cette opposition qui semble structurer l’agonie actuelle vécue par le Magasin des horizons – le centre national d’art contemporain de Grenoble. Et pourtant, comme souvent dans ce genre de polémiques modernes, la réalité est bien plus complexe. Si la directrice Béatrice Josse est défendue par l’ensemble des salariées actuelles, des anciennes membres de son équipe dénoncent une grande dissonance entre la communication autour du « care » et la réalité subie au quotidien. Cinq ans après le départ houleux du précédent directeur, cette énième crise vient aussi mettre le doigt sur les problèmes structurels de ce centre d’art.

  • Quels enfants allons-nous laisser à nos journaux ?

    «  La question n’est pas : quel monde laisserons-nous aux enfants de demain ? mais plutôt : quels enfants laisserons-nous à ce monde-là ? » C’était Jaime Semprun qui s’interrogeait il y a quelques années. Aujourd’hui, les adultes s’inquiètent des jeunes « qui passent leur temps derrière les écrans  ». Mais oublient de questionner leurs responsabilités dans l’avilissement numérique généralisé.

  • La fabrique du consentement à la grenobloise

    Depuis un an, on subit les décisions de restriction de libertés d’un pouvoir autoritaire, qui contraint les allées et venues de chacun sans même prendre la peine d’en débattre au Parlement. Heureusement, la municipalité grenobloise a été une fois de plus pionnière en lançant son « comité de liaison citoyen » sur le Covid-19 afin de faire vivre la « démocratie sanitaire ». À quoi ça sert ? Une vidéo nous apprend qu’il s’agit bien plus de fabrique du consentement que de démocratie.

0 | ... | 50 | 60 | 70 | 80 | 90 | 100 | 110 | 120 | 130 | ... | 1210