Actualités

  • Achetez et offrez Mélancolie postale !

    Le Postillon sort le premier numéro de Flaque, sa collection Hors-série, regroupant des articles parus sur un thème ces dernières années dans le journal. Pour cette première mouture, nous avons regroupé presque tous nos articles traitant de l’évolution de La Poste. Ça donne un bel objet de 36 pages que vous pouvez vous procurer pour 4 euros en passant au local (appeler avant au 0476941865 pour fixer un rendez-vous) ou à la librairie Les Modernes à Grenoble ainsi qu’à Presse Éclair. On peut aussi vous l’envoyer par La Poste, justement, contre 5 euros port compris (envoyer votre règlement par chèque ou liquide à Le Postillon, 42 avenue Jean Jaurès 38600 Fontaine). « Ce recueil vous propose une sélection d’articles, dénonçant tout autant l’évolution du métier de facteur que les pratiques de la Banque postale ou le recours à l’intelligence artificielle par La Poste pour optimiser “le plus grand fichier de France”. Des thèmes postaux variés et bien entendu non exhaustifs. Il y aurait encore tant d’aspects de cette mélancolie postale à creuser. Et surtout, tant de chemins à créer pour le retour d’un service public postal loin des errements actuels.  » Si vous avez déjà lu tous les articles, n’hésitez pas à l’offrir à votre facteur ou voisine !

Derniers articles en ligne

  • " Au bout de cinq ans, 90% ne se réengagent pas "

    Malaise chez les bidasses. Depuis novembre, on a croisé pas mal d’anciens militaires dans les manifs ou sur les rond-points des gilets jaunes. Y aurait-il quelque chose qui ne tourne pas rond chez les troufions ? Ça fait longtemps que Grenoble n’est plus une ville de garnison et que les projets immobiliers fleurissent sur les anciennes casernes. N’empêche qu’il reste environ 3000 militaires dans la cuvette à Varces, appartenant à la 27ème brigade d’infanterie de montagne. La plupart sont des chasseurs alpins. L’un d’entre eux confie sa désillusion.

  • Gilets jaunes & CGT : un amour impossible ?

    Depuis le 17 novembre, les gilets jaunes ont débordé les syndicats : incontrôlables, désorganisés mais déterminés et surtout méfiants. En refusant les négociations non filmées, ils ont mis en évidence les relations troubles entre responsables syndicaux et pouvoir, où l’on ne sait jamais trop la teneur des discussions derrière les portes des ministères. Les grosses centrales syndicales n’ont jamais explicitement rejoint les gilets jaunes. Une distance incomprise et regrettée par nombre de ces derniers.
    À Grenoble, la manif du 1er mai s’est terminée par un nouveau rendez-vous manqué entre CGT et gilets jaunes. Retour sur ces tensions, suivi de quelques questions à deux responsables de la CGT.

  • EDF vers France TÉlécom ?

    Le procès des dirigeants de France Télécom à l’époque de la vague de suicides remet sur le devant de la scène les affres du management moderne, notamment dans les grandes boîtes subissant privatisation et « modernisation ». Ce qui se passe à la division technique générale (DTG) d’EDF basée à Grenoble fait figure d’exemple local. Perte de sens, altercations musclées entre agents et direction : les facteurs alarmants de souffrance au travail se cumulent. Après des années de silence, certains syndicalistes tentent d’enrayer le phénomène. La direction, elle, attaque en justice.

  • Le marketing du shit sur Snapchat

    Pourquoi les pires techniques de marketing devraient-elles se cantonner aux marchands de fringues et aux opérateurs téléphoniques ? Les trafiquants de drogue sont des businessmen comme les autres. Le quartier Mistral est tenu par un des réseaux de deal les plus actifs de la cuvette, qui ne manque pas d’idées de « force de vente » : petits cadeaux, fidélisation, et promesse de discrétion. Jusqu’à utiliser massivement le réseau social Snapchat pour faire sa com’. Petite visite réelle et virtuelle.

  • Aux 5i manquait l’ineptie

    Je sais pas si vous êtes au courant, mais il paraît qu’on serait dans une situation « d’urgence écologique ». Et on entend dire que notre chère Métropole agit de toutes ses forces, même que n’importe qui peut donner son avis sur le Plan air énergie climat, vous vous rendez pas compte de la chance que vous avez. Bon, ça c’est pour la façade, parce que dans la réalité la Métropole continue toujours les mêmes politiques de fuite en avant technologique. Tenez par exemple : mi-mai, elle organisait le forum 5i (innovation, industrie, inclusion, investissement, international, what else ?) au World Trade Center, avec des conférences tout en anglais sur le thème à la mode du moment : l’intelligence artificielle (IA). Une reportère du Postillon y est allée avec son intelligence naturelle.

  • Ménager le moral des trompes

    Grenoble ville innovante, fleurie, en transition… Grenoble aime bien se la raconter un peu. S’il arrive que son passé le lui permette, son actualité montre qu’elle est parfois en retard d’un train. Et vu le dépeçage de la SNCF, le prochain train n’est pas forcément pour tout de suite. Pour cet épisode, l’IVG.

  • Courrier des lecteurs

    Et vous ?
    Merci d’exister et de continuer à vivre le plus longtemps possible. Vous nous donnez un peu d’oxygène et d’humour dans notre cuvette qui en a bien besoin. Bravo pour l’éditorial. Dans le cadre de mes responsabilités associatives, on me pose parfois la question : « Que faites-vous concernant tel ou tel problème ? » Je réponds alors avec un grand sourire : « Et vous ? » J.D.
    Rien à attendre ?
    La commémoration de nos dix ans – qui a débuté avec un concert sauvage sur le toit du bâtiment abandonné (...)

  • Ramener la coupe à la maison

    (Fautes d’orthographe non corrigées ) « Quand on pense que le postillon ce dit anticapitaliste, du moins je crois, et qu il ce permet de coller ces affiches publicitaire a outrance n importe ou. Pourquoi la ville de grenoble n envoie pas l’addition au postillon pour enlever les affiches qu il colle ? Pourtant il est bien stipuler que les affichage sauvages sont interdit et sanctionner, et que c est a l auteur ou la societe en question de prendre en charge les frais de decollage et nettoyage de (...)

  • Rectificatif

    Dans l’article « Le projet fantôme du pavillon fantôme » paru dans Le Postillon n°47 à propos du pavillon Keller à Livet-et-Gavet, on dressait le portrait de Jacky De La Sarthe. Cet architecte claironnait vouloir donner une nouvelle vie à ce bâtiment, avant de disparaître en laissant plein de dettes, notamment chez l’actuel proprio. Pour se défendre il nous expliquait : « J’ai payé 1 200 euros parce que le géomètre avait besoin de couper des arbres. Et puis, lors de l’inauguration, j’ai dû appeler un (...)

  • Le bien commun métropolisé

    C’est la saison des nouveaux groupes politiques. Comme à chaque période pré-électorale, on voit fleurir ici ou là des nouveaux collectifs politiques, mélangeant têtes connues et néophytes, dont le but est de rabattre les voix des électeurs vers telle ou telle chapelle. Ces dernières semaines, on a ainsi vu émerger les campagnes de com’ des Grenopolitains et leurs « apéro’politains collaboratifs ». Beaucoup de novlangue pour réunir des militants de « l’autre gauche » de différentes communes de la métropole (...)

0 | ... | 50 | 60 | 70 | 80 | 90 | 100 | 110 | 120 | 130 | ... | 1040