Actualités

  • Achetez et offrez Le Vide à moitié vert !

    Ce sera l’évènement littéraire du 24 février prochain : la sortie du deuxième livre du Postillon, aux éditions Le monde à l’envers. Titré Le Vide à moitié vert. La gauche rouge-verte au pouvoir : le cas de Grenoble, il a pour ambition de dresser un portrait du premier mandat de Piolle à la mairie de Grenoble. Et d’éclairer ainsi les lanternes de toutes les personnes qui se demandent « comment ça se passe dans une municipalité écolo  », qu’elles soient habitantes de villes récemment conquises par les Verts, séduites par la montée en puissance de Piolle au niveau national ou simplement curieuses.
    Si beaucoup des informations présentes dans ce bouquin sont connues des lecteurs assidus du Postillon, il ne s’agit néanmoins pas d’une compilation d’articles à la manière de Mélancolie postale (notre hors-série sur La Poste). L’idée, c’était de proposer quelque chose d’un peu littéraire, en racontant aussi des bribes de vie de notre petit journal de contre-info locale, avec ses doutes, ses enthousiasmes et même parfois ses erreurs. Pour vous donner envie de vous ruer dans toutes les bonnes librairies, voici quelques extraits.

Derniers articles en ligne

  • Courrier des lecteurs

    Postillon d’antan = facteur « Salut le Postillon et les gens qui sont derrière ! Quoi !? Pourquoi faire un journal papier ?… Mais pour que je le distribue bien sûr ! Je suis facteur et fan du Postillon ! Putain, heureusement que vous avez fait le n°55 ! » S G
    STMicro fait sa com’ sur l’épidémie « À la fois parent d’élève et enseignant et à ces titres témoin des protocoles ubuesques de réouverture des établissements scolaires, j’ai été tristement amusé d’entendre deux chefs d’établissement saluer le soutien (...)

  • Piolle 2022, le chantage à l’espoir

    Le maire de Grenoble Eric Piolle subit depuis quelques mois un enchaînement de maladies aux symptômes dramatiques. Depuis avril, il a été contaminé par la tribunite, virus touchant beaucoup de personnalités de gauche, et obligeant les contaminés à signer quantité de tribunes creuses dans des médias nationaux pour « réfléchir au monde de demain », « préparer le jour d’après », voire, audace suprême, « construire l’avenir ». Un virus qui se propage encore plus facilement en temps de confinement, car les (...)

  • Et à la fin, c’est la Métropole qui gagne

    Le second tour des élections municipales aura-t-il lieu le 28 juin ou pas ? Au moment du bouclage de ce numéro, on en n’est toujours pas certain. Mais à vrai dire, on en n’a pas grand-chose à foutre. Parce que quel que soit le résultat dans les communes du coin, ce sera de toute façon la Métropole qui prendra les décisions les plus importantes dans les années à venir pour le futur de la cuvette. Épidémie ou pas, il n’y a jamais eu d’élections pour choisir les dirigeants métropolitains, ni même pour (...)

  • Nouvelle enquête sur le braquage du Casino

    Dix ans après la mort de Karim Boudouda suite au braquage du casino d’Uriage (ayant entraîné les émeutes de la Villeneuve et le discours de Grenoble de Sarkozy), une information judiciaire a été ouverte par le doyen des juges d’instruction en mars dernier. De nombreuses zones d’ombre entourent cette affaire et notamment la responsabilité des policiers qui avaient fait des déclarations farfelues à l’IGPN (la police des polices) sur la raison de la présence de deux voitures de la BAC à la sortie du casino (...)

  • Ocov, ô desespoir

    Pour une fois, le CEA (Commissariat à l’énergie atomique) de Grenoble voulait se rendre utile. Plutôt que d’inventer une nouvelle merde connectée créant un nouveau besoin, les ingénieurs grenoblois ont voulu participer à l’effort de guerre national sur la production de masque. Ils se sont donc alliés avec Michelin et la marque lyonnaise Ouvry pour créer un masque Ocov en plastique médical souple, réutilisable plus de cent fois grâce à un filtre lavable. Quantité de communicants locaux se sont extasiés (...)

  • Saint-Martin-le-Vinoux, premier sur le béton

    À quoi sert le tram ? À transporter des gens ou à faire monter le prix de l’immobilier ? Il y a huit ans, Le Postillon n°15 dénonçait que la construction de la ligne E du Tram ait été « le prétexte à un vicieux chantage à la construction, subtilement dénommé “contrat d’axe” », obligeant les communes traversées à bâtir des centaines de logements afin que le tram soit rentable. Six ans après sa mise en route, ce moyen de transport « écologique » est en effet un grand atout pour les propriétaires et promoteurs de (...)

  • La justice a du boulot à Voiron

    Le maire de Voiron, Julien Polat veut donner du boulot à la justice. Alors qu’un de ses agents fait l’objet d’une « enquête pour détournement d’argent public et blanchiment », Polat a annoncé vouloir porter plainte contre notre journal, entre autres.

  • Piolle et Larrouturou : les cousins secrets

    La proximité entre le maire de Grenoble Eric Piolle et le député européen Pierre Larrouturou est connue, la première candidature de Piolle à une élection (en 1997) s’étant fait sous les couleurs de Nouvelle Donne, le micro-parti de Larrouturou. Comment se sont-ils rencontrés ? La légende veut que cela soit dû à la curiosité intellectuelle de Piolle, comme nous le raconte cet article de Rue 89 (14/01/2016) : « Même s’ils ont tous les deux vu le jour et grandi en Aquitaine, c’est pourtant à Grenoble qu’Eric (...)

  • Abroger la 5G

    En septembre dernier, suite aux arrêtés anti-pesticides pris par plusieurs municipalités dont celle de Grenoble, Le Postillon publiait un « plaidoyer pour un arrêté anti-5G » et s’étonnait de l’absence de prise de position des élus écolos grenoblois sur ce sujet majeur.
    En mars dernier, dix jours avant le premier tour des élections municipales, Eric Piolle recevait la députée et ancienne ministre socialiste Delphine Batho afin de plaider « pour un moratoire sur la 5G  ».
    Les élus écolos grenoblois se mettent-ils à combattre la fuite en avant technologique ? Ou la 5G est-elle l’aberration de trop, celle que les bons éco-gestionnaires ne peuvent pas laisser passer ?

  • Un postier répond au lynchage médiatique

    Depuis le début de la crise, les postiers subissent un lynchage médiatique, accusés de ne pas assez se sacrifier pour l’effort de « guerre ». Lettre d’un postier grenoblois à la presse.

0 | ... | 50 | 60 | 70 | 80 | 90 | 100 | 110 | 120 | 130 | ... | 1110