Actualités

  • Achetez et offrez Mélancolie postale !

    Le Postillon sort le premier numéro de Flaque, sa collection Hors-série, regroupant des articles parus sur un thème ces dernières années dans le journal. Pour cette première mouture, nous avons regroupé presque tous nos articles traitant de l’évolution de La Poste. Ça donne un bel objet de 36 pages que vous pouvez vous procurer pour 4 euros en passant au local (appeler avant au 0476941865 pour fixer un rendez-vous) ou à la librairie Les Modernes à Grenoble ainsi qu’à Presse Éclair. On peut aussi vous l’envoyer par La Poste, justement, contre 5 euros port compris (envoyer votre règlement par chèque ou liquide à Le Postillon, 42 avenue Jean Jaurès 38600 Fontaine). « Ce recueil vous propose une sélection d’articles, dénonçant tout autant l’évolution du métier de facteur que les pratiques de la Banque postale ou le recours à l’intelligence artificielle par La Poste pour optimiser “le plus grand fichier de France”. Des thèmes postaux variés et bien entendu non exhaustifs. Il y aurait encore tant d’aspects de cette mélancolie postale à creuser. Et surtout, tant de chemins à créer pour le retour d’un service public postal loin des errements actuels.  » Si vous avez déjà lu tous les articles, n’hésitez pas à l’offrir à votre facteur ou voisine !

Derniers articles en ligne

  • Antenne, je ne boirai plus de ton réseau

    Quand le sage montre la lune, l’imbécile regarde le doigt. Si la plupart des commentateurs ont déploré l’incendie de trois antennes relais autour de Grenoble dans la nuit du 17 au 18 mai dernier, presque personne ne s’est interrogé sur la dépendance de nos sociétés connectées à ces objets. Près de 100 000 personnes privées de réseau, des paiements par carte bancaire impossibles, une grande partie de fréquences radios, quelques chaînes de télévision inaccessibles... et ce pendant près d’une semaine. Pour ce premier épisode du feuilleton Crise‑Antennes, Le Postillon est allé faire le tour des antennes incendiées, à la rencontre des vigiles aujourd’hui chargés de veiller sur elles. Les bribes de reportages rapportées sont entrecoupés de message récoltés sur le réseau social Twitter dans les jours suivants les incendies.

  • Le dernier des cybers

    Stars des années 2000, les cybercafés ont disparu presque aussi vite qu’ils étaient apparus, rendant la vie numérique encore plus inaccessible pour les personnes n’ayant ni ordinateur ni smartphone. À Grenoble, il reste encore quelques petits lieux où on peut consulter internet. Ghislain estime tenir le dernier « vrai » cybercafé grenoblois et même plus que ça : « Un café internet proche, solidaire, engagé . »

  • La dignité, pas la charité

    Fini les applaudissements. Dans les discours, tout le monde est d’accord pour accorder au personnel soignant et aux « premiers de corvée » des conditions de travail dignes. Dans la réalité, rien ne change si aucune pression sociale n’est mise sur les gouvernants et les directions. À Saint-Martin-d’Hères, des salariées d’un Ehpad ont débuté une « grève illimitée » fin avril avec un mot d’ordre : «  Nous luttons pour la dignité, pas pour la charité.  » Si le mouvement a été suspendu trois semaines plus tard, une telle mobilisation donne des idées sur la voie à suivre.

  • Cheveux blancs de tous les pays, unissez-vous

    Tous les mois, on recevait son bulletin qui semblait éternel malgré (ou grâce à) sa maquette simpliste. Le Ciip (Centre d’information inter-peuples), institution grenobloise de lutte locale et internationaliste, vient pourtant d’être placé en liquidation judiciaire et de cesser ses activités. Faut dire aussi que ce n’est plus trop « à la mode » les luttes internationalistes : à Grenoble, les assos ou collectifs anti-impérialistes regroupent surtout des « cheveux blancs ». Le confinement nous a permis de prendre le temps de causer avec certains d’entre eux.

  • La chasse à la balance est ouverte

    Sur l’internet grenoblois, on trouve de tout, même des photos de potentiels indicateurs de la police. Cette « nouveauté » vient briser un tabou de la rue : le silence. Balancer ses amis gangsters aux flics, qu’ils dealent ou braquent des banques, c’est faire face à des représailles desdits dénoncés. Mais pour dénoncer les dénonciateurs, Snapchat apporte la solution : un corbeau utilise le compte «  Mort aux poukaves » et balance des indicateurs de la police. Mais à la fin, un mec qui « poukave » une balance n’est-il pas un indic ? 

  • Varces Attaque

    Pressions, représailles, crainte de perdre sa place : critiquer une institution expose à des risques. Imaginez en prison ! Dans la maison d’arrêt de Varces, où les salariés étaient moins de 150 et les détenus près de 350 avant le confinement, tout se sait très vite. La direction et les surveillants peuvent à tout moment faire pleuvoir coups et sanctions arbitraires. Alors qu’à l’automne dernier, 16 détenus et ex-détenus ont déposé un recours contre l’insalubrité et l’indignité des conditions de détention, des prisonniers témoignent des violences et abus de pouvoir subis entre les murs, décidément trop épais.

  • Saint-Bruno ne peut pas accueillir tous les start-uppers du monde

    Ça fait longtemps que le quartier Saint-Bruno est cerné par les bastions grenoblois des nouvelles technologies. De la Presqu’île à Bouchayer-Viallet en passant par Europole, l’ancien quartier ouvrier est entouré de centres de recherche, de start-ups et d’entreprises bossant dans la «  tech ». Si cette proximité se ressent forcément dans sa sociologie, le cœur du quartier a été relativement épargné par cette invasion. Mais début février, le Moonshot Labs, a ouvert ses portes sur le cours Berriat, non sans quelques tensions.

  • Bien aligner son business avec ses chakras

    Il y a cinq ans, Le Postillon s’était incrusté à Cowork In Grenoble pour écrire un reportage « J’ai rencontré #ceuxquifont (d’la merde) » sur ces entrepreneurs qui ont « à la fois les dents de requin du businessman avide, et à la fois le sourire mièvre du jeune cool du XXIème siècle » (voir Le Postillon n°30). Depuis Cowork In Grenoble a déménagé deux fois et vient de s’installer à Saint-Bruno, au Moonshot Labs. L’occasion de retourner humer l’air vicié de la start-up nation. Cette fois, notre reportrice a eu droit à une session de coaching gratuit. Et a rencontré des gens « qui ne bossent pas » : ils «  aident les gens ». Du grand «  kiff  ».

  • Harcèlement rectoral

    Jeanne est prof d’histoire-géo au lycée Aristide Bergès à Seyssinet-Pariset. Du genre à aimer son métier, sans être pour autant toujours d’accord avec des orientations prises par le gouvernement ou sa direction. Ces derniers mois elle a un peu ouvert sa gueule, participé à des mouvements de contestation sur les retraites ou la réforme du bac. Rien de méchant, sauf que depuis des années l’idéologie sécuritaire s’étend à l’administration des services publics. Gros retour de bâton pour Jeanne. Son cas met en lumière la manière dont le pouvoir, y compris par ses relais locaux, se considère comme absolu et n’hésite pas à malmener les contestataires, assimilés à des agitateurs infantiles et dangereux, fussent-ils professeurs.

  • Beauvert de plus en plus gris

    Beauvert ? Comme son nom l’indique, ce petit bout de ville était autrefois un îlot de verdure. Depuis des dizaines d’années, les immeubles encerclent peu à peu les petits pavillons construits dans les années 1930. Entouré de grandes avenues, de zones industrielles et d’un centre commercial, ce quartier est un des moins connus de Grenoble, où on n’a rien à y faire à part y habiter. Justement, depuis l’été dernier, une colocation de jeunes précaires et employés a trouvé refuge dans l’une de ces maisons. Comme pour beaucoup d’autres personnes, le confinement leur a donné l’occasion d’explorer les rues avoisinantes et de faire quantité de rencontres.

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 1040