Actualités

  • Achetez et offrez Le Vide à moitié vert !

    Ce sera l’évènement littéraire du 24 février prochain : la sortie du deuxième livre du Postillon, aux éditions Le monde à l’envers. Titré Le Vide à moitié vert. La gauche rouge-verte au pouvoir : le cas de Grenoble, il a pour ambition de dresser un portrait du premier mandat de Piolle à la mairie de Grenoble. Et d’éclairer ainsi les lanternes de toutes les personnes qui se demandent « comment ça se passe dans une municipalité écolo  », qu’elles soient habitantes de villes récemment conquises par les Verts, séduites par la montée en puissance de Piolle au niveau national ou simplement curieuses.
    Si beaucoup des informations présentes dans ce bouquin sont connues des lecteurs assidus du Postillon, il ne s’agit néanmoins pas d’une compilation d’articles à la manière de Mélancolie postale (notre hors-série sur La Poste). L’idée, c’était de proposer quelque chose d’un peu littéraire, en racontant aussi des bribes de vie de notre petit journal de contre-info locale, avec ses doutes, ses enthousiasmes et même parfois ses erreurs. Pour vous donner envie de vous ruer dans toutes les bonnes librairies, voici quelques extraits.

Derniers articles en ligne

  • À la pêche aux Ordures

    Dans les rivières qui traversent Grenoble, il y a quantité de produits toxiques, déversés par les usines high tech ou chimiques (voir Le Postillon n°48). De la pollution invisible, quoiqu’autorisée par la loi. Et puis, il y a d’autres déchets, bien visibles eux. Du plastique, des vêtements, des scooters, des coffres-forts, des lingettes humides : on trouve presque tout aux bords du Drac et de l’Isère. Quantité d’ordures qui polluent ici et maintenant, mais aussi là-bas et plus tard, en ajoutant la contribution des Isérois à la pollution des océans. Le pire, c’est que tout le monde s’en fout, et que ce sujet ne préoccupe pas du tout nos décideurs. Tout le monde ? Non : depuis janvier, Gaspard s’acharne à nettoyer les berges des rivières et fait des gros tas des détritus. Le Postillon l’a suivi dans ces endroits méprisés de la cuvette.

  • On n’ira pas tous au paradis

    Les témoins de Jéhovah sont des gens passionnés. Dès qu’il fait beau, on les voit partout dans Grenoble : à la gare, place Saint-Bruno, aux abords de l’office du tourisme, place Victor Hugo et même dans des rues où personne ne passe, ils sont capables de rester debout des heures sans parler à grand monde. Au Postillon on est un peu jaloux : avec autant de vendeurs à la criée partout dans la cuvette, on aurait déjà atteint la barre des 20000 exemplaires vendus par numéro, et on pourrait se payer des stages de teambuilding en thalasso. Quel secret industriel se cache derrière ce dévouement à toute épreuve ? Est-il possible de les convertir pour les amener à vendre notre journal ? Ou à défaut, de s’en inspirer pour que de bonnes âmes aillent prêcher la parole du Postillon ? Pour le savoir, nos agents, frère Saucisse et sœur Céleri, se sont immergés chez ces fanatiques de la fin du monde.

  • " Au bout de cinq ans, 90% ne se réengagent pas "

    Malaise chez les bidasses. Depuis novembre, on a croisé pas mal d’anciens militaires dans les manifs ou sur les rond-points des gilets jaunes. Y aurait-il quelque chose qui ne tourne pas rond chez les troufions ? Ça fait longtemps que Grenoble n’est plus une ville de garnison et que les projets immobiliers fleurissent sur les anciennes casernes. N’empêche qu’il reste environ 3000 militaires dans la cuvette à Varces, appartenant à la 27ème brigade d’infanterie de montagne. La plupart sont des chasseurs alpins. L’un d’entre eux confie sa désillusion.

  • Gilets jaunes & CGT : un amour impossible ?

    Depuis le 17 novembre, les gilets jaunes ont débordé les syndicats : incontrôlables, désorganisés mais déterminés et surtout méfiants. En refusant les négociations non filmées, ils ont mis en évidence les relations troubles entre responsables syndicaux et pouvoir, où l’on ne sait jamais trop la teneur des discussions derrière les portes des ministères. Les grosses centrales syndicales n’ont jamais explicitement rejoint les gilets jaunes. Une distance incomprise et regrettée par nombre de ces derniers.
    À Grenoble, la manif du 1er mai s’est terminée par un nouveau rendez-vous manqué entre CGT et gilets jaunes. Retour sur ces tensions, suivi de quelques questions à deux responsables de la CGT.

  • EDF vers France TÉlécom ?

    Le procès des dirigeants de France Télécom à l’époque de la vague de suicides remet sur le devant de la scène les affres du management moderne, notamment dans les grandes boîtes subissant privatisation et « modernisation ». Ce qui se passe à la division technique générale (DTG) d’EDF basée à Grenoble fait figure d’exemple local. Perte de sens, altercations musclées entre agents et direction : les facteurs alarmants de souffrance au travail se cumulent. Après des années de silence, certains syndicalistes tentent d’enrayer le phénomène. La direction, elle, attaque en justice.

  • Le marketing du shit sur Snapchat

    Pourquoi les pires techniques de marketing devraient-elles se cantonner aux marchands de fringues et aux opérateurs téléphoniques ? Les trafiquants de drogue sont des businessmen comme les autres. Le quartier Mistral est tenu par un des réseaux de deal les plus actifs de la cuvette, qui ne manque pas d’idées de « force de vente » : petits cadeaux, fidélisation, et promesse de discrétion. Jusqu’à utiliser massivement le réseau social Snapchat pour faire sa com’. Petite visite réelle et virtuelle.

  • Aux 5i manquait l’ineptie

    Je sais pas si vous êtes au courant, mais il paraît qu’on serait dans une situation « d’urgence écologique ». Et on entend dire que notre chère Métropole agit de toutes ses forces, même que n’importe qui peut donner son avis sur le Plan air énergie climat, vous vous rendez pas compte de la chance que vous avez. Bon, ça c’est pour la façade, parce que dans la réalité la Métropole continue toujours les mêmes politiques de fuite en avant technologique. Tenez par exemple : mi-mai, elle organisait le forum 5i (innovation, industrie, inclusion, investissement, international, what else ?) au World Trade Center, avec des conférences tout en anglais sur le thème à la mode du moment : l’intelligence artificielle (IA). Une reportère du Postillon y est allée avec son intelligence naturelle.

  • Ménager le moral des trompes

    Grenoble ville innovante, fleurie, en transition… Grenoble aime bien se la raconter un peu. S’il arrive que son passé le lui permette, son actualité montre qu’elle est parfois en retard d’un train. Et vu le dépeçage de la SNCF, le prochain train n’est pas forcément pour tout de suite. Pour cet épisode, l’IVG.

  • Courrier des lecteurs

    Et vous ?
    Merci d’exister et de continuer à vivre le plus longtemps possible. Vous nous donnez un peu d’oxygène et d’humour dans notre cuvette qui en a bien besoin. Bravo pour l’éditorial. Dans le cadre de mes responsabilités associatives, on me pose parfois la question : « Que faites-vous concernant tel ou tel problème ? » Je réponds alors avec un grand sourire : « Et vous ? » J.D.
    Rien à attendre ?
    La commémoration de nos dix ans – qui a débuté avec un concert sauvage sur le toit du bâtiment abandonné (...)

  • Ramener la coupe à la maison

    (Fautes d’orthographe non corrigées ) « Quand on pense que le postillon ce dit anticapitaliste, du moins je crois, et qu il ce permet de coller ces affiches publicitaire a outrance n importe ou. Pourquoi la ville de grenoble n envoie pas l’addition au postillon pour enlever les affiches qu il colle ? Pourtant il est bien stipuler que les affichage sauvages sont interdit et sanctionner, et que c est a l auteur ou la societe en question de prendre en charge les frais de decollage et nettoyage de (...)

0 | ... | 120 | 130 | 140 | 150 | 160 | 170 | 180 | 190 | 200 | ... | 1110