Actualités

  • Achetez et offrez Mélancolie postale !

    Le Postillon sort le premier numéro de Flaque, sa collection Hors-série, regroupant des articles parus sur un thème ces dernières années dans le journal. Pour cette première mouture, nous avons regroupé presque tous nos articles traitant de l’évolution de La Poste. Ça donne un bel objet de 36 pages que vous pouvez vous procurer pour 4 euros en passant au local (appeler avant au 0476941865 pour fixer un rendez-vous) ou à la librairie Les Modernes à Grenoble ainsi qu’à Presse Éclair. On peut aussi vous l’envoyer par La Poste, justement, contre 5 euros port compris (envoyer votre règlement par chèque ou liquide à Le Postillon, 42 avenue Jean Jaurès 38600 Fontaine). « Ce recueil vous propose une sélection d’articles, dénonçant tout autant l’évolution du métier de facteur que les pratiques de la Banque postale ou le recours à l’intelligence artificielle par La Poste pour optimiser “le plus grand fichier de France”. Des thèmes postaux variés et bien entendu non exhaustifs. Il y aurait encore tant d’aspects de cette mélancolie postale à creuser. Et surtout, tant de chemins à créer pour le retour d’un service public postal loin des errements actuels.  » Si vous avez déjà lu tous les articles, n’hésitez pas à l’offrir à votre facteur ou voisine !

Derniers articles en ligne

  • Courrier des lecteurs

    La rédaction du Postillon tient à faire part à ses lecteurs de sa déception à propos du courrier reçu. En effet ces derniers mois, il est presque exclusivement positif, à tel point que le choix de la palme du fayot relève du casse-tête. Dans un souci de pluralisme et d’objectivité, on aimerait que notre rubrique Courrier des lecteurs soit plus représentative de l’avis de notre lectorat – et on sait que vous êtes nombreux à nous détester, ou du moins, à avoir plein de choses à nous reprocher (ou alors (...)

  • L’uberisation de la démocratie

    Pour les municipales, Le Daubé a noué un partenariat avec la plateforme Make.org afin de « vous permettre de faire vos propositions. Sur notre site internet et sur la plateforme Make.org, vous pouvez déposer des propositions d’actions et voter sur les contributions des internautes. Un bon moyen de faire vivre la démocratie sur le mode participatif. » Comment ne pas vouloir faire « vivre la démocratie » grâce à une start-up voulant sauver le monde ? Le fondateur de Make.org est un certain Axel Dauchez, (...)

  • Gros succès pour la patate connectée

    La rubrique de la noix connectée du Postillon s’est fait complètement disrupter. Un certain Nicolas Baldeck, grenoblois d’origine, a obtenu un gros retentissement médiatique mondial grâce à une « patate connectée ». Faut dire que le bougre est parvenu à tenir un stand au CES de Las Vegas, le plus grand salon mondial de promotion des nouvelles technologies. Stand où il présentait une véritable « patate connectée », avec un dispositif qui « capte les ondes cérébrales de la patate, ou des interférences wifi (...)

  • Microoled

    Des écrans partout ! Après avoir rempli maisons et sacs à mains, les écrans s’incrustent maintenant dans les plus petits objets. Tel est en tout cas le but de la société grenobloise Microoled qui « conçoit depuis 2007 des micro-écrans à haute définition ». Sa dernière innovation, que ses marketeurs sont allés présenter au CES de Las Vegas, est l’intégration de ces micro-écrans dans des lunettes de soleil « pour sportifs en montagne, trailers et cyclistes en priorité ». En déboursant 499 euros quand même, les (...)

  • Votez Tartuffe !

    Toute la gauche française veut s’inspirer de l’exemple grenoblois et du maire vert-rouge Piolle. C’est vrai que ce mandat est utile pour montrer tout ce qu’il ne faut pas faire ! Du Ric (Référendum d’initiative citoyenne) au RLPI (Règlement local de publicité intercommunal), retour sur deux des meilleures tartufferies de la municipalité Piolle.

  • « Réparer l’homme » pour des guerres encore plus inhumaines

    La clinique expérimentale Clinatec vient de faire une « première mondiale » en faisant marcher un tétraplégique grâce à un exosquelette commandé par son cerveau via des électrodes. C’est en tout cas ce que des dizaines de médias se sont contentés de ressasser, reprenant fidèlement le communiqué de presse. Pourtant, selon un spécialiste anglais du handicap, ces recherches ne sont pas utiles aux infirmes. Et elles pourraient bien servir à l’armée qui finance des études sur l’interaction cerveau-machine à l’Université Grenoble-Alpes, selon les spécialistes du Postillon.

  • Braquage du casino d’Uriage : Les surprenantes explications des flics

    Le Postillon a pu consulter le rapport de l’IGPN (Inspection générale de la police nationale) et les procès verbaux d’auditions des flics qui sont intervenus sur le braquage du casino d’Uriage de juillet 2010. Où l’on apprend que, selon leur version, six policiers avaient été réquisitionnés au casino d’Uriage pour « protéger » un joueur du casino soi-disant menacé la semaine précédente. Et que le rapport de l’IGPN a préféré ne pas se pencher sur la raison de la présence des flics là-bas.

  • Raise Partner, le péché originel

    Quelques semaines après son élection, Le Postillon révélait qu’Éric Piolle avait cofondé Raise Partner, une société œuvrant à l’optimisation fiscale. Il en est toujours actionnaire aujourd’hui. La manière dont il a géré la polémique qui s’en est suivie est symptomatique de son mandat.

  • Fous Alliés

    Ni centre-ville, ni banlieue, ni résidentielle ni franchement industrielle, sans histoire et pleine d’histoires, et presque inchangée depuis les années 60, la rue des Alliés à Grenoble finira bien par attirer les convoitises des promoteurs. Avant qu’elle ne s’écroule, avalée par le monde de demain, des arpenteurs du Postillon y ont passé 24h des plus intenses, de garages en services publics, d’épicerie de nuit en marché de gros et de terrain vague en trottoir défoncé, en passant par le pont le plus raide de la ville. Ils ont même retrouvé des panneaux de pub, vestiges insolents oubliés par la municipalité. Ce qu’ils en ont rapporté n’est ni plus ni moins qu’une radiographie, voire un IRM de l’époque.

  • T’Angot brutal à la MC2

    Dans le panier de crabes de la culture grenobloise, son nom est tristement célèbre. Faut dire que c’est lui qui a le plus d’argent, et donc de pouvoir dans ce petit milieu où tout le monde se connaît. Jean-Paul Angot dirige depuis 2013 la MC2, l’une des plus importantes scènes nationales en France. En six ans, il est parvenu à obtenir de sacrés résultats : une vingtaine de départs de salariés depuis 2015, une grève, une fréquentation en baisse, des partenariats qui capotent et des finance­s en piteux état. Ce qui ne l’empêche pas de postuler à un troisième mandat. La culture c’est bien, le pouvoir c’est mieux.

0 | ... | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90 | ... | 1040