Actualités

  • Achetez et offrez Le Vide à moitié vert !

    Ce sera l’évènement littéraire du 24 février prochain : la sortie du deuxième livre du Postillon, aux éditions Le monde à l’envers. Titré Le Vide à moitié vert. La gauche rouge-verte au pouvoir : le cas de Grenoble, il a pour ambition de dresser un portrait du premier mandat de Piolle à la mairie de Grenoble. Et d’éclairer ainsi les lanternes de toutes les personnes qui se demandent « comment ça se passe dans une municipalité écolo  », qu’elles soient habitantes de villes récemment conquises par les Verts, séduites par la montée en puissance de Piolle au niveau national ou simplement curieuses.
    Si beaucoup des informations présentes dans ce bouquin sont connues des lecteurs assidus du Postillon, il ne s’agit néanmoins pas d’une compilation d’articles à la manière de Mélancolie postale (notre hors-série sur La Poste). L’idée, c’était de proposer quelque chose d’un peu littéraire, en racontant aussi des bribes de vie de notre petit journal de contre-info locale, avec ses doutes, ses enthousiasmes et même parfois ses erreurs. Pour vous donner envie de vous ruer dans toutes les bonnes librairies, voici quelques extraits.

Derniers articles en ligne

  • Page de publicité

    • La Revue itinérante Z vient de sortir son quatorzième numéro après s’être arrêtée à Grenoble pour se pencher sur le thème de l’école. « La capitale des Alpes qui a fait de l’éducation sa “priorité” avec 11 millions d’euros dédiés à la retape “verte” des écoles est aussi le lieu d’une expérience pédagogique historique menée dans le quartier de la Villeneuve : une dizaine d’établissements publics investis dans les années 1970 par des instits révolutionnaires pour tenter d’y inventer une école nouvelle. Cinquante ans (...)

  • Sortir la tête des enfants des écrans

    Vous êtes profs ou instits et cherchez des activités à mener l’année prochaine autour de la presse ou du dessin de presse ? Sachez qu’à partir de septembre, on embauche en service civique une redoutable illustratrice, Léna, et qu’elle est motivée pour faire quelques interventions au bahut ou dans les écoles pour causer dessins et information. Par ailleurs, le directeur de publication et d’autres contributeurs sont aussi disponibles pour causer des enjeux de la presse, de l’importance du papier et des (...)

  • Soutien à Grenoble le changement !

    Pour en avoir été plusieurs fois « victime », on sait bien que le site carignoniste Grenoble le changement regorge de fausses nouvelles, d’analyses délirantes et d’interprétations farfelues. Néanmoins, la plainte – ayant abouti à un procès le 25 mai dernier - déposée par Piolle à propos d’un article sur Raise Partner, la start-up qu’il a cofondée, est particulièrement fourbe. En les attaquant pour diffamation, le presque-candidat à la présidentielle veut se servir de la justice pour se présenter en « victime (...)

  • Soutien à Piolle !

    Le maire de Grenoble s’est rendu à Valence et pour une fois ce déplacement ne se déroulait pas dans le cadre de la tournée nationale interminable préparant sa candidature à la présidentielle. Dans la Drôme, Piolle a passé une journée en garde à vue, pour une affaire de favoritisme dans l’attribution du marché de la fête des Tuiles (voir Le Postillon n°46). Relâché en soirée, le pas encore candidat a tenu à soigner son image de présidentiable respectable en insistant pour ne « pas politiser cette procédure », (...)

  • Soutien à Sylvain Laval !

    Le nouvel homme fort de la Métropole, vice-président, maire de Saint-Martin-le-Vinoux, président du Smaag (l’autorité des transports) et premier terrassier des jardins de la Buisserate, veut gagner encore un peu de pouvoir en étant candidat aux départementales. À cette occasion, il multiplie les bonnes blagues comme quand il déclare vouloir « renforcer le soutien au monde associatif culturel et sportif » (Le Daubé, 2/06/2021) alors qu’il se bat depuis des mois pour expulser le lieu culturel Dispel de (...)

  • Banque militante pour les hauts salaires

    Au Postillon, on est toujours au Crédit coopératif, malgré tout le mal qu’on a pu dire d’eux. Et l’invitation à la dernière assemblée générale nous a donné encore quelques raisons de contentement d’être dans une « banque engagée ». On y apprend notamment que le président du CA, Jean-Louis Bancel touche la petite somme de 342 000 euros par an. Si le directeur général délégué se contente de 248 000 euros, c’est le directeur général Benoît Catel qui tire le gros lot : 443 000 euros par an, soit près de 37 000 (...)

  • Piolle et Bensaid, les deux révolutionnaires qui font rêver les maternités

    Il y a peu, Piolle se présentait comme un combattant acharné contre la vente de la clinique mutualiste de Grenoble à Bernard Bensaid, surnommé le « Bernard Tapie du médico-social ». Mais depuis, il est entré en campagne présidentielle : pour gagner en popularité, il est prêt à tout. Le 5 mai, pour soutenir la grève nationale des sages-femmes à l’occasion de leur Journée internationale, Piolle a choisi d’offrir un Facebook Live d’une demi heure à la directrice de la maternité de cette même clinique (...)

  • Courrier des lecteurs

    Le Postillon, un motif de démission ?
    Ancienne habitante de Lyon où j’ai eu le plaisir de vous lire grâce à vos anciens numéros commandés, je réitère une commande de numéros afin d’apprécier le ton de votre plume. Et le format de votre journal papier qui me suit partout et où j’ai entre autres glissé les justificatifs de fin de contrat suite à ma démission. A. R.
    Le Postillon, promoteur de la cuvette
    Abonné au Postillon habitant Paris, je travaille à La Poste. L’article du n°59 sur le 1er épisode du (...)

  • BeFC, le papier connecté

    Pour Présences (31/05/2021), c’est une des entreprises symboles du « renouveau industriel en région grenobloise ». BeFC devrait produire ses premières « biopiles » dans la cuvette d’ici 2022. Qu’est-ce que c’est, des biopiles ? Selon la communication, ce sont des « systèmes de cellules à biocarburants écologiques ultra-minces, flexibles et miniatures à base de papier ». En gros ce sont des piles en papier (donc « entièrement compostables ») qui produiraient de l’électricité « à base de sucre et d’oxygène », (...)

  • Atos et les compteurs communicants

    Afin de favoriser la sobriété, la métropole lance une nouvelle application ! Et le pire c’est qu’elle est développée par la multinationale Atos, qui a simplement « pris l’engagement  » de ne pas utiliser les données collectées. Et on est prié de les croire.

0 | ... | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | 90 | 100 | ... | 1180