Actualités

  • Achetez et offrez Le Vide à moitié vert !

    Ce sera l’évènement littéraire du 24 février prochain : la sortie du deuxième livre du Postillon, aux éditions Le monde à l’envers. Titré Le Vide à moitié vert. La gauche rouge-verte au pouvoir : le cas de Grenoble, il a pour ambition de dresser un portrait du premier mandat de Piolle à la mairie de Grenoble. Et d’éclairer ainsi les lanternes de toutes les personnes qui se demandent « comment ça se passe dans une municipalité écolo  », qu’elles soient habitantes de villes récemment conquises par les Verts, séduites par la montée en puissance de Piolle au niveau national ou simplement curieuses.
    Si beaucoup des informations présentes dans ce bouquin sont connues des lecteurs assidus du Postillon, il ne s’agit néanmoins pas d’une compilation d’articles à la manière de Mélancolie postale (notre hors-série sur La Poste). L’idée, c’était de proposer quelque chose d’un peu littéraire, en racontant aussi des bribes de vie de notre petit journal de contre-info locale, avec ses doutes, ses enthousiasmes et même parfois ses erreurs. Pour vous donner envie de vous ruer dans toutes les bonnes librairies, voici quelques extraits.

Derniers articles en ligne

  • Allô Allô Allô Allô

    Le 22 octobre dernier, l’Oirct (observatoire international pour la réinstallation des cabines téléphoniques) organisait une journée de cabine téléphonique mobile qui a rencontré un certain succès, au moins médiatique, avec des articles dans Le Dauphiné Libéré, Place Gre’net ou L’âge de faire. Il y a eu beaucoup d’appels passés depuis la cabine téléphonique – remorque à vélo qui s’est posée un peu place Saint-Bruno, un peu boulevard Joseph Vallier et un peu square Docteur Martin. C’est vrai qu’il y a eu surtout (...)

  • Dans la boîte aux lettres

    Les bus comme zones de non-droit « Le jeudi 4 novembre nous nous présentons pour embarquer dans un bus BlaBlaCar sur la ligne régulière de 11 heures pour un trajet Grenoble-Lyon. Vous me direz : “Pourquoi pas le rail ?” Disons que le bus était un bon compromis prix/écologie/mutualisation des transports mais là n’est pas l’objet de notre missive. Au moment d’embarquer, à notre grande surprise, la conductrice du bus nous demande de présenter un sacro-saint passe sanitaire alors que le bus « intrarégional (...)

  • Des rivières gonflées de larmes

    Voilà deux ans (Le Postillon n°51), on avait tiré le portrait de Gaspard Forest, un ancien bûcheron reconverti en nettoyeur bénévole des rivières. Fallait le voir, ce gaillard plein de muscles, treuiller des carcasses de bagnoles et de machines à laver hors de la flotte avant de les poser sur le bord de la route pour interpeller les pouvoirs publics. Si son combat solitaire et atypique nous avait d’abord charmés, la suite, avec un très médiatique « pacte dépollution rivière » signé par plein de (...)

  • Feel Mining

    Mi-novembre s’est déroulée la quatrième édition du festival Transfo, l’évènement de geeks qui ambitionne – ô comble de l’originalité – « de faire de Grenoble une capitale de l’innovation, des nouvelles technologies, du numérique et du futur ». Cet évènement soutenu par la Métropole a notamment fait la promotion, pour parler du « futur de la finance », des cryptomonnaies et de l’entreprise grenobloise Feel Mining. Cette société vend « des solutions d’investissement dans le domaine de la blockchain et des (...)

  • MJC : Maison du Jeu politique et des Copinages

    Coup de tonnerre à Fontaine ! Après 60 ans d’activité, la MJC Nelson Mandela vient d’être évincée par la mairie, rejoignant ainsi la longue liste des MJC aux portes fermées dans la cuvette (après Saint-Martin-d’Hères l’année dernière, celle de Voreppe est également sur la sellette). Faut dire que la nouvelle municipalité, de droite plus ou moins molle, voulait se débarrasser de cette association dont le conseil d’administration est rempli de communistes, anciennement au pouvoir municipal depuis (...)

  • Classement mondial des villes qui font de la merde : Grenoble 49ème !

    Il en faut peu pour contenter Christophe Ferrari, PDG de la Métropole Grenoble Alpes. Par exemple un obscur classement réalisé par une obscure boîte baptisée Finom. Cette « néobanque 100 % en ligne qui veut faciliter la vie des entrepreneurs et des indépendants » vient de publier un « classement des villes les plus innovantes du monde » mettant Grenoble au 49ème rang. « #Grenoble s’inscrit parmi les 50 villes les + innovantes au monde, 2ème sur le podium des 3 villes françaises au classement ! (...)

  • Il y a des chances que rien ne pousse

    Le 14 octobre, l’association France Amérique latine proposait une soirée sur le thème de la Déclaration des droits des paysans. Ce texte a été adopté par l’ONU en 2018 après une campagne lancée par des paysans indonésiens dix-sept ans auparavant. L’occasion pour Antoine Back, adjoint à la sécurité alimentaire de Grenoble, de déplorer que malgré tous ses efforts, la municipalité n’était parvenue qu’à préserver une cinquantaine d’hectares dans la métropole pour les consacrer à une agriculture paysanne et (...)

  • Le droit du travail au bulldozer

    Les grosses boîtes, ça ose tout et c’est même à ça qu’on les reconnaît. Mauro se trouve ainsi dans une situation complètement kafkaïenne, causée par la rapacité sans limite de son employeur et l’interconnexion des fichiers due à France Connect. Simple ouvrier, Mauro bossait auparavant de nuit à Caterpillar Grenoble. Mais en 2009, la boîte décide de modifier unilatéralement ses horaires, et sa rémunération baisse ainsi de 250 euros par mois. Une plainte aux prud’hommes aboutit sur une victoire, l’employeur (...)

  • Siamo tutti antipassti !

    Le 20 juillet, Didier et Raoul ont sorti un « tube » sur YouTube. Une reprise des Corons de Pierre Bachelet avec pour refrain : « Le masque, c’était pour les cons / Lecteurs de Libération / Dociles comme des moutons / Adeptes de la délation. »
    Didier et Raoul (sacrés pseudos) ne sont pas des chanteurs et on l’entend tout de suite. Si deux mois après, leur « tube » a quand même récolté près de 3000 vues, c’est parce qu’il a pas mal tourné dans les cercles grenoblois opposés au vaccin et à toutes les mesures (...)

  • « On ne se voyait pas contrôler nos voisins »

    Face au passe sanitaire, on peut observer différentes attitudes dans les bars de la cuvette : contrôle des clients avec zèle, contrôle discret et « souple », pas de contrôle du tout, etc. À la Motte-Saint-Martin, petit village à trente bornes de Grenoble, un bar a carrément fermé «  pour faire un truc qui choque ».

0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 1180