Actualités

  • Retrouver le temps de se perdre

    Pourquoi avons-nous tenu si longtemps ? Douze ans à faire un journal tous les deux mois, cinq par an avec la pause estivale. Une régularité de métronome. Une discipline à toute épreuve.

    Jamais rien ni personne ne nous a obligés à tenir ce rythme. On aurait pu espacer. Ou en sauter un de temps en temps. Ou arrêter. Mais non. Depuis douze ans, tous les deux mois, un journal. Soixante-cinq numéros (avec le numéro zéro). C’est peu et beaucoup à la fois, surtout pour une petite équipe de branquignoles comme la nôtre. Vingt pages A3 tous les deux mois, c’est pas non plus l’amer à boire. Mais quand même : à chaque numéro, il y a plein de sujets commencés non-aboutis, et puis les articles qu’il faut terminer, décider lesquels paraîtront, les écrire, calibrer, réécrire, corriger, illustrer, maquetter, encore corriger, traquer le double espace, et enfin créer le PDF final. Souffler pendant les trois ou quatre jours d’impression et puis, les journées de distribution, de vente à la criée, d’envois, de réponses aux mails laissés dans le vent pendant des semaines. Après, une courte pause et replonger dans le numéro suivant. On se plaint pas hein, on raconte. À vrai dire, on est même plutôt heureux de se dépatouiller dans tout ce bordel.

    N’empêche qu’à chaque fois, les deux mois passent comme deux semaines, trop vite.
    C’était pas notre plan, il y a douze ans. Quand on a lancé ce canard, on avait bien marqué sur la une « parution à l’improviste  ». On voulait pas se mettre un boulet au pied. Quitte à être pas ou mal payés, autant ne pas avoir le stress du rétroplanning, autant avoir la liberté de pouvoir se perdre, de ne pas avoir une copie à rendre à date fixe.
    Mais en fait, au bout d’un moment on s’en est rendu compte : sans l’avoir planifié on sortait un journal tous les deux mois. Alors on a acté cette régularité. Le « parution à l’improviste » a laissé place sur la une du numéro 12 (octobre 2011) à « bimestriel à l’improviste » puis tout simplement à partir du numéro 13 « bimestriel ». Et depuis ce temps, cinquante numéros quand même, dix ans ma gueule, ça n’a pas changé.

    Le Postillon n’est plus «  à l’improviste », il est « bimestriel ». Pourquoi cette régularité ? Pour faire sérieux auprès des buralistes, des lecteurs ? Pour rassurer les abonnés ? Pour rentrer dans une case, pour être respectable ? Pour assurer quelques rentrées d’argent régulières et pouvoir (un peu) se payer ?

    Toujours est-il que dernièrement, on se sent un peu enfermés – notamment – par cette régularité. Il y a aussi les départs de certaines personnes, cette sordide psychose sanitaire et ses multiples prises de tête, l’indifférence croissante pour la presse papier en général, etc. Bref, on a un peu le sentiment de vivre une fin de cycle.

    Comment (se) donner de l’air, comment (se) surprendre ? Dans l’idéal, on aurait aimé changer la périodicité pour la réduire, passer en mensuel, ou en quinzomadaire, faire un journal sur le vif, plus nerveux, encore plus à l’arrach’ que maintenant, ruer dans les brancards. Jolis fantasmes mais force est de constater qu’on a pas les forces pour, en tout cas pour l’instant.

    Alors, à moyen terme, on va plutôt espacer. Faire des numéros plus conséquents mais moins souvent. Sûrement chambouler le format, le papier, la maquette (et donc aussi… le prix) [1]. À vrai dire on sait pas encore trop. Ce qui est sûr, c’est qu’on sortira un nouveau numéro spécial montagne avant l’été. Pour celui-là comme pour les prochains, on a surtout envie de retrouver le temps de se perdre.

Derniers articles en ligne

  • Un chien est mort

    « À court terme, une solution provisoire est impérative si nous ne voulons pas être confrontés à un décès sur l’aire que nous pourrions éviter ». C’est un courrier de Geneviève Picard, élue au conseil communautaire du Grésivaudan, qui nous a rappelé que l’histoire des Bony (voir Le Postillon n°42, 43 et 45) était loin d’être réglée. Cette famille du voyage installée depuis vingt-sept ans à côté de la station d’épuration de Villard-Bonnot vit dans des odeurs abominables et des nuées de mouches sans que les élus et (...)

  • Un des premiers Mut’ins

    La mobilisation grandit de semaine en semaine. Depuis l’annonce du projet de vente de la clinique mutualiste rue d’Alembert à Grenoble, des opposants variés se fédèrent pour éviter que cet Espic (établissement de santé privé d’intérêt collectif) ne tombe dans les mains du privé lucratif. Parmi eux : Jérôme Alexandre, un ancien administrateur de la structure gérant la clinique qui s’est fait virer pour s’être opposé à ce projet de vente. Son histoire permet de comprendre un peu mieux le fatras administratif entourant ce « bien commun ».

  • Une comm’ sur des roulettes

    Qu’il ne soit pas dit dans Le Postillon que les services municipaux ne sont pas efficaces. En tout cas, pas le service de presse. Pas cette fois-là. Une source nous a appris que la Ville de Grenoble avait un projet de skatepark dans le passage sous le train entre la gare et Saint-Bruno, là où il y a eu plusieurs camps de migrants sans abri ces derniers mois, là où, depuis la dernière expulsion fin novembre, la Ville a installé des plots en béton et des palmiers (!). Alors on a passé un coup de fil (...)

  • MC2 : T’Angot Reject

    Notre dernier numéro dressait le portrait de Jean-Paul Angot, directeur de la MC2 candidat à sa reconduction malgré un bilan peu reluisant. Finalement, on a appris fin décembre qu’il jetait l’éponge. Suite à différentes tergiversations, il a décidé de « retirer son projet » à la tête de la MC2. Mais avant, le directeur a tout fait pour sauver sa peau. Prévu initialement le 18 décembre, le conseil d’administration (censé statuer sur la réélection d’Angot) est repoussé à la semaine suivante. Sentant le mauvais (...)

  • Les très chers bus électriques

    Qu’il est vert, mon bus ! Il y a quelques dizaines d’années, les transports en commun de l’agglomération étaient surtout des trolleybus. Ce type de véhicule, toujours en circulation dans certaines villes de France, bénéficie d’une motorisation électrique alimentée par ligne aérienne donc pas sur batteries, un mix entre un bus et un tramway. C’est assez fiable et pérenne mais pas assez innovant, donc ce n’est plus d’actualité dans la cuvette. Car l’innovation aujourd’hui ce sont les véhicules à batteries. (...)

  • Courrier des lecteurs

    La rédaction du Postillon tient à faire part à ses lecteurs de sa déception à propos du courrier reçu. En effet ces derniers mois, il est presque exclusivement positif, à tel point que le choix de la palme du fayot relève du casse-tête. Dans un souci de pluralisme et d’objectivité, on aimerait que notre rubrique Courrier des lecteurs soit plus représentative de l’avis de notre lectorat – et on sait que vous êtes nombreux à nous détester, ou du moins, à avoir plein de choses à nous reprocher (ou alors (...)

  • L’uberisation de la démocratie

    Pour les municipales, Le Daubé a noué un partenariat avec la plateforme Make.org afin de « vous permettre de faire vos propositions. Sur notre site internet et sur la plateforme Make.org, vous pouvez déposer des propositions d’actions et voter sur les contributions des internautes. Un bon moyen de faire vivre la démocratie sur le mode participatif. » Comment ne pas vouloir faire « vivre la démocratie » grâce à une start-up voulant sauver le monde ? Le fondateur de Make.org est un certain Axel Dauchez, (...)

  • Gros succès pour la patate connectée

    La rubrique de la noix connectée du Postillon s’est fait complètement disrupter. Un certain Nicolas Baldeck, grenoblois d’origine, a obtenu un gros retentissement médiatique mondial grâce à une « patate connectée ». Faut dire que le bougre est parvenu à tenir un stand au CES de Las Vegas, le plus grand salon mondial de promotion des nouvelles technologies. Stand où il présentait une véritable « patate connectée », avec un dispositif qui « capte les ondes cérébrales de la patate, ou des interférences wifi (...)

  • Microoled

    Des écrans partout ! Après avoir rempli maisons et sacs à mains, les écrans s’incrustent maintenant dans les plus petits objets. Tel est en tout cas le but de la société grenobloise Microoled qui « conçoit depuis 2007 des micro-écrans à haute définition ». Sa dernière innovation, que ses marketeurs sont allés présenter au CES de Las Vegas, est l’intégration de ces micro-écrans dans des lunettes de soleil « pour sportifs en montagne, trailers et cyclistes en priorité ». En déboursant 499 euros quand même, les (...)

  • Votez Tartuffe !

    Toute la gauche française veut s’inspirer de l’exemple grenoblois et du maire vert-rouge Piolle. C’est vrai que ce mandat est utile pour montrer tout ce qu’il ne faut pas faire ! Du Ric (Référendum d’initiative citoyenne) au RLPI (Règlement local de publicité intercommunal), retour sur deux des meilleures tartufferies de la municipalité Piolle.

0 | ... | 170 | 180 | 190 | 200 | 210 | 220 | 230 | 240 | 250 | ... | 1210