Actualités

  • Retrouver le temps de se perdre

    Pourquoi avons-nous tenu si longtemps ? Douze ans à faire un journal tous les deux mois, cinq par an avec la pause estivale. Une régularité de métronome. Une discipline à toute épreuve.

    Jamais rien ni personne ne nous a obligés à tenir ce rythme. On aurait pu espacer. Ou en sauter un de temps en temps. Ou arrêter. Mais non. Depuis douze ans, tous les deux mois, un journal. Soixante-cinq numéros (avec le numéro zéro). C’est peu et beaucoup à la fois, surtout pour une petite équipe de branquignoles comme la nôtre. Vingt pages A3 tous les deux mois, c’est pas non plus l’amer à boire. Mais quand même : à chaque numéro, il y a plein de sujets commencés non-aboutis, et puis les articles qu’il faut terminer, décider lesquels paraîtront, les écrire, calibrer, réécrire, corriger, illustrer, maquetter, encore corriger, traquer le double espace, et enfin créer le PDF final. Souffler pendant les trois ou quatre jours d’impression et puis, les journées de distribution, de vente à la criée, d’envois, de réponses aux mails laissés dans le vent pendant des semaines. Après, une courte pause et replonger dans le numéro suivant. On se plaint pas hein, on raconte. À vrai dire, on est même plutôt heureux de se dépatouiller dans tout ce bordel.

    N’empêche qu’à chaque fois, les deux mois passent comme deux semaines, trop vite.
    C’était pas notre plan, il y a douze ans. Quand on a lancé ce canard, on avait bien marqué sur la une « parution à l’improviste  ». On voulait pas se mettre un boulet au pied. Quitte à être pas ou mal payés, autant ne pas avoir le stress du rétroplanning, autant avoir la liberté de pouvoir se perdre, de ne pas avoir une copie à rendre à date fixe.
    Mais en fait, au bout d’un moment on s’en est rendu compte : sans l’avoir planifié on sortait un journal tous les deux mois. Alors on a acté cette régularité. Le « parution à l’improviste » a laissé place sur la une du numéro 12 (octobre 2011) à « bimestriel à l’improviste » puis tout simplement à partir du numéro 13 « bimestriel ». Et depuis ce temps, cinquante numéros quand même, dix ans ma gueule, ça n’a pas changé.

    Le Postillon n’est plus «  à l’improviste », il est « bimestriel ». Pourquoi cette régularité ? Pour faire sérieux auprès des buralistes, des lecteurs ? Pour rassurer les abonnés ? Pour rentrer dans une case, pour être respectable ? Pour assurer quelques rentrées d’argent régulières et pouvoir (un peu) se payer ?

    Toujours est-il que dernièrement, on se sent un peu enfermés – notamment – par cette régularité. Il y a aussi les départs de certaines personnes, cette sordide psychose sanitaire et ses multiples prises de tête, l’indifférence croissante pour la presse papier en général, etc. Bref, on a un peu le sentiment de vivre une fin de cycle.

    Comment (se) donner de l’air, comment (se) surprendre ? Dans l’idéal, on aurait aimé changer la périodicité pour la réduire, passer en mensuel, ou en quinzomadaire, faire un journal sur le vif, plus nerveux, encore plus à l’arrach’ que maintenant, ruer dans les brancards. Jolis fantasmes mais force est de constater qu’on a pas les forces pour, en tout cas pour l’instant.

    Alors, à moyen terme, on va plutôt espacer. Faire des numéros plus conséquents mais moins souvent. Sûrement chambouler le format, le papier, la maquette (et donc aussi… le prix) [1]. À vrai dire on sait pas encore trop. Ce qui est sûr, c’est qu’on sortira un nouveau numéro spécial montagne avant l’été. Pour celui-là comme pour les prochains, on a surtout envie de retrouver le temps de se perdre.

Derniers articles en ligne

  • Un drone, une caillasse

    Ah qu’il semble loin, ce mois de janvier ! À l’époque, Pipoto m’avait envoyé une vidéo de Chine où l’on voyait un drone survoler des habitants en leur ordonnant de rentrer chez eux. À l’époque, on trouvait que les Chinois étaient bien mal barrés, dans un sacré cauchemar orwellien. Deux mois plus tard, les flics français se sont mis aussi à utiliser des drones pour repérer les mauvais citoyens soupçonnés de ne pas respecter le confinement. Dans la cuvette, la préfecture a communiqué deux fois par (...)

  • Covid-Radius ou le règne de l’autoflicage

    Ce confinement aura été un très bon test de la servitude volontaire de la population. Ainsi de l’absurde règle de ne pas pouvoir se promener (même tout seul) plus d’une heure et à plus d’un kilomètre de chez soi. Pour aider les gens à être bien sages, deux jeunes ingénieurs fontainois ont créé une application Covid Radius permettant de calculer le périmètre autorisé autour de son domicile. Hyper pratique ! D’autant que l’appli, qui a connu un gros succès avec plus de « 800 000 visiteurs différents » (Place (...)

  • Lubrizol-sur-Drac, la suite

    Suite à notre article sur la plate-forme chimique de Pont-de-Claix et Vencorex dans le numéro 54 (À quand un Lubrizol-sur-Drac ?) une lectrice nous confirme le peu d’attention portée à la sécurité par la direction. « J’étais cadre dans cette boîte jusqu’en 2015, responsable des achats de transport et logistique. J’ai remarqué que certaines citernes transportant des matières dangereuses fuyaient. J’ai fait remonter à ma direction qui m’a rétorqué que ce n’était pas possible de les réparer actuellement. Selon (...)

  • Courrier des lecteurs

    Postillon d’antan = facteur « Salut le Postillon et les gens qui sont derrière ! Quoi !? Pourquoi faire un journal papier ?… Mais pour que je le distribue bien sûr ! Je suis facteur et fan du Postillon ! Putain, heureusement que vous avez fait le n°55 ! » S G
    STMicro fait sa com’ sur l’épidémie « À la fois parent d’élève et enseignant et à ces titres témoin des protocoles ubuesques de réouverture des établissements scolaires, j’ai été tristement amusé d’entendre deux chefs d’établissement saluer le soutien (...)

  • Piolle 2022, le chantage à l’espoir

    Le maire de Grenoble Eric Piolle subit depuis quelques mois un enchaînement de maladies aux symptômes dramatiques. Depuis avril, il a été contaminé par la tribunite, virus touchant beaucoup de personnalités de gauche, et obligeant les contaminés à signer quantité de tribunes creuses dans des médias nationaux pour « réfléchir au monde de demain », « préparer le jour d’après », voire, audace suprême, « construire l’avenir ». Un virus qui se propage encore plus facilement en temps de confinement, car les (...)

  • Et à la fin, c’est la Métropole qui gagne

    Le second tour des élections municipales aura-t-il lieu le 28 juin ou pas ? Au moment du bouclage de ce numéro, on en n’est toujours pas certain. Mais à vrai dire, on en n’a pas grand-chose à foutre. Parce que quel que soit le résultat dans les communes du coin, ce sera de toute façon la Métropole qui prendra les décisions les plus importantes dans les années à venir pour le futur de la cuvette. Épidémie ou pas, il n’y a jamais eu d’élections pour choisir les dirigeants métropolitains, ni même pour (...)

  • Nouvelle enquête sur le braquage du Casino

    Dix ans après la mort de Karim Boudouda suite au braquage du casino d’Uriage (ayant entraîné les émeutes de la Villeneuve et le discours de Grenoble de Sarkozy), une information judiciaire a été ouverte par le doyen des juges d’instruction en mars dernier. De nombreuses zones d’ombre entourent cette affaire et notamment la responsabilité des policiers qui avaient fait des déclarations farfelues à l’IGPN (la police des polices) sur la raison de la présence de deux voitures de la BAC à la sortie du casino (...)

  • Ocov, ô desespoir

    Pour une fois, le CEA (Commissariat à l’énergie atomique) de Grenoble voulait se rendre utile. Plutôt que d’inventer une nouvelle merde connectée créant un nouveau besoin, les ingénieurs grenoblois ont voulu participer à l’effort de guerre national sur la production de masque. Ils se sont donc alliés avec Michelin et la marque lyonnaise Ouvry pour créer un masque Ocov en plastique médical souple, réutilisable plus de cent fois grâce à un filtre lavable. Quantité de communicants locaux se sont extasiés (...)

  • Saint-Martin-le-Vinoux, premier sur le béton

    À quoi sert le tram ? À transporter des gens ou à faire monter le prix de l’immobilier ? Il y a huit ans, Le Postillon n°15 dénonçait que la construction de la ligne E du Tram ait été « le prétexte à un vicieux chantage à la construction, subtilement dénommé “contrat d’axe” », obligeant les communes traversées à bâtir des centaines de logements afin que le tram soit rentable. Six ans après sa mise en route, ce moyen de transport « écologique » est en effet un grand atout pour les propriétaires et promoteurs de (...)

  • La justice a du boulot à Voiron

    Le maire de Voiron, Julien Polat veut donner du boulot à la justice. Alors qu’un de ses agents fait l’objet d’une « enquête pour détournement d’argent public et blanchiment », Polat a annoncé vouloir porter plainte contre notre journal, entre autres.

0 | ... | 140 | 150 | 160 | 170 | 180 | 190 | 200 | 210 | 220 | ... | 1210