Actualités

  • Achetez et offrez Le Vide à moitié vert !

    Ce sera l’évènement littéraire du 24 février prochain : la sortie du deuxième livre du Postillon, aux éditions Le monde à l’envers. Titré Le Vide à moitié vert. La gauche rouge-verte au pouvoir : le cas de Grenoble, il a pour ambition de dresser un portrait du premier mandat de Piolle à la mairie de Grenoble. Et d’éclairer ainsi les lanternes de toutes les personnes qui se demandent « comment ça se passe dans une municipalité écolo  », qu’elles soient habitantes de villes récemment conquises par les Verts, séduites par la montée en puissance de Piolle au niveau national ou simplement curieuses.
    Si beaucoup des informations présentes dans ce bouquin sont connues des lecteurs assidus du Postillon, il ne s’agit néanmoins pas d’une compilation d’articles à la manière de Mélancolie postale (notre hors-série sur La Poste). L’idée, c’était de proposer quelque chose d’un peu littéraire, en racontant aussi des bribes de vie de notre petit journal de contre-info locale, avec ses doutes, ses enthousiasmes et même parfois ses erreurs. Pour vous donner envie de vous ruer dans toutes les bonnes librairies, voici quelques extraits.

Derniers articles en ligne

  • A quand le cumul des mandales ?

    Migaud, parti pour Paris, laissa trois fauteuils dorés locaux vacants. Le premier, la mairie de Seyssins, revint à son premier adjoint Michel Baffert. Le second, son poste de député, se disputera lors d’une élection à venir. Mais le plus convoité était le troisième, la présidence de la Métro, notre tendre et chère communauté d’agglomération.

  • Élections régionales : nouveau triomphe de la liste NVP

    Encore une fois, la liste Ne Votons Pas a réalisé un très beau score au niveau national, et notamment à Grenoble.

  • Le petit village de Grenoble recule

    A la surprise générale, la commission d’enquête sur la rocade nord a rendu un avis franchement négatif sur l’utilité de cet ouvrage, donnant raison à tous les arguments des anti-Rocade.

  • J.O. ou développement durable, c’est tout com’

    Stéphane Siebert, adjoint aux J.O. et au développement durable, justifie après coup la candidature grenobloise ratée aux J.O. de 2018 par «  l’impact sur la notoriété nationale de Grenoble, grâce à sa médiatisation.

  • Grenoble champion !

    «  Grenoble, Champion de France 2010 des énergies renouvelables, Ruban du Développement durable 2009/2011. Grenoble, éco-cité exemplaire distinguée en novembre dernier par le Grand Prix national éco-quartier pour le projet de Bonne  » clame le maire de Grenoble [3].

  • Appel à dons pour Carignon

    Pour de vieilles histoires lui ayant déjà valu de la prison, l’ancien maire de Grenoble Alain Carignon et son ex-directeur de cabinet Xavier Péneau doivent encore rembourser 253 126 euros au conseil général de l’Isère.

  • Edito

    En pleine crise, enfin des bonnes nouvelles ! Le groupe «  Le Postillon  » a connu d’excellents résultats pour le second semestre 2009. Avec le tirage de plus de 1000 exemplaires pour chacun des deux derniers numéros, nous avons réussi à consolider notre capital de départ et pouvons envisager de formidables perspectives de développement.

  • A.ï.e. t.e.c.h....

    Vous connaissez les inventaires de Prévert ? On y retrouve tout et n’importe quoi, pas forcément dans un ordre très logique. Là, c’est pareil sauf qu’il ne s’agit pas d’un inventaire et qu’on ne s’appelle pas Prévert. Résultat : un article débridé où l’on parle de sondage caché, de propagande municipale, des J.O, des pôles de compétitivité, des MJC, de pauvreté, de débat sur les nanos, de défense de l’emploi et du totalitarisme. Le tout à Grenoble, bien entendu.

  • Pourquoi le Daubé est-il daubé ?

    C’est une affaire entendue depuis des dizaines d’années : dans les bistrots, les ateliers, les salles d’attente ou les chaumières ; à Grenoble ou ailleurs, on appelle le Dauphiné Libéré le « Daubé ». Ce surnom lui va si bien, résonne tellement comme une évidence que personne ne se donne la peine de l’expliquer. D’où vient-il ? Un hasard, un mauvais jeu de mots ? On ne sait pas. Le Dauphiné Libéré est daubé, voilà tout. Pourquoi perdre son temps à le démontrer ?

  • Un œil sur les manifs

    Plus d’un an et demi après l’avoir annoncé, la municipalité grenobloise installe des caméras «  dôme 360°  » sur le parcours des manifestations sans en informer la population. La bande à Destot qui jusque là rechignait à développer la vidéosurveillance à outrance, projette d’installer également des caméras dans le centre-ville, au quartier Capuche et au Village Olympique.
    Gênée aux entournures sur ce sujet sensible, elle prend ces décisions dans la plus grande opacité et communique dessus avec parcimonie.

0 | ... | 1020 | 1030 | 1040 | 1050 | 1060 | 1070 | 1080 | 1090 | 1100 | ... | 1110