Accueil

Articles de ce numéro

  • La maison des habitants et le cagibi des associations

    Depuis l’arrivée de Piolle à la municipalité, cette dernière réduit les subventions aux associations des quartiers populaires pour tout miser sur les maisons des habitants. Illustration avec l’association Osmose de la Villeneuve.

  • Mehdi #SaccageInternet

    Recenseur de tags, de poubelles renversées et de crottes de chiens. Sacrée passion. C’est pourtant une mode qui gagne peu à peu toutes les villes de France, surtout celles dirigées par des maires écolos. L’activisme de ces partisans, qui se déploie sous le hashtag SaccageNomdelaville, a récemment gagné notre chère capitale des Alpes. Aux commandes de la page Facebook Saccage Grenoble, on trouve un certain Mehdi. Tantôt érudit, tantôt grossier, Mehdi est habité par la rage – contre les graffeurs, les vélos, et même la Française des jeux. Il a trouvé son exutoire : les réseaux sociaux, qu’il « saccage » de ses publications quotidiennes. Rencontre avec l’influenceur des rues aseptisées.

  • Le buzz des cabines

    Il y a un an, quelques membres du Postillon accompagnés de quelques compères créaient l’OIRCT (Observatoire international pour la réinstallation des cabines téléphoniques). Contre toute attente, ce combat suscite un certain engouement médiatique. Voilà les dernières actualités de l’Observatoire.

  • « Pensez à la belle image que ça donnerait à votre groupe »

    Début avril, l’OIRCT a envoyé cette lettre recommandée au site « innovant » d’Orange à Meylan. Plus d’un mois après avoir reçu l’avis de réception, toujours pas de réponse de la part de l’opérateur.

  • Parle à mon coach

    Dans un lycée de la cuvette, l’idée saugrenue d’embaucher des coachs a émergé. Le but : préparer les élèves à des examens oraux. Malgré l’enthousiasme de la direction pour ce dispositif innovant, une assemblée générale de profs a voté contre cette intrusion du privé et de ses méthodes au sein de l’école publique.

  • La convergence des flûtes

    Si les deux ont suscité le même genre de commentaires caricaturaux et d’opprobres injustifiées, les mouvements des Gilets jaunes et de l’opposition au passe sanitaire n’ont pas eu grand-chose à voir. Le premier, par sa spontanéité, son mode d’organisation et ses revendications tendait naturellement vers un idéal de justice sociale. Le second a plutôt tourné autour des discours covido-sceptiques fleuris pendant les premiers confinements. Les militants de gauche ont eux rejoué l’hésitation à rejoindre un mouvement « impur » et leurs revendications ont peiné à se faire entendre. L’absence de lieux de rencontres et de débats permanents comme les ronds-points a également favorisé la cristallisation des positions.
    À Grenoble, la structure la plus active dans l’opposition à toutes les mesures coercitives et à la vaccination depuis le début du Covid s’appelle Grelive, pour Grenoble, Liberté, Vérité. Un reporter du Postillon est allé à quelques-unes de leurs soirées, mélanges détonants entre musique reggae, monnaie libre, figures d’extrême-droite, cours de sophrologie, récitations de sanskrit, cathos intégristes et désirs d’entraide entre personnes esseulées. C’est parti pour un reportage immersif.

  • Les platitudes d’un anti-conspirateur

    Pendant ces deux années de psychose sanitaire, à Grenoble comme ailleurs, le milieu universitaire a surtout brillé par son absence de toute prise de position critique sur les mesures coercitives mises en place. Les ridicules auto-attestations, les couvre-feux et leurs contrôles, les suspensions de personnels qualifiés non-vaccinés ou le discriminant passe sanitaire et ses amendes astronomiques auraient pu être de riches sujets d’études documentées. Et pourtant, ils n’ont – à notre connaissance – pas fait l’objet de travaux sérieux sortis des centres de recherche grenoblois. Un chercheur de la cuvette est parvenu à profiter de la pandémie pour percer médiatiquement. Non pas en essayant d’armer la critique des dispositifs liberticides mais en s’attaquant à la cible favorite des commentateurs et des partisans du pouvoir : les méchants « complotistes ».

  • Les vestiges de l’abri-culture

    Où aller se réfugier en 2023, quand Poutine (après l’Ukraine, la Pologne et l’Allemagne) se mettra à vouloir dé-nazifier Grenoble ? Dans les années 1980, deux abris anti-atomiques ont été construits dans des parkings grenoblois. Partons à la découverte de ces lieux à l’abandon depuis vingt-cinq ans.

  • Vélos moteurs : loisirs sans saveur

    Dans les forêts de Seyssins et Saint-Nizier, il reste une ancienne piste, quelques tunnels, des murets, vestiges d’une époque assez lointaine où on pouvait monter en tram sur le plateau du Vercors. Afin de « valoriser » ce patrimoine et de « développer  » la « compétitivité  » et « l’attractivité  » du territoire, le Parc du Vercors, la Métropole et la CCMV (communauté de communes du massif du Vercors) veulent transformer cette ancienne voie du tram en «  produit touristique » pour vélos électriques. En avant pour quelques tours de pédale dans la choucroute électrique et attractive.

  • Les dégats généraux de la transition

    « Transition, piège à cons » : c’était le titre du numéro 40 du Postillon. Cinq années ont passé et ce concept flou est toujours omniprésent dans toutes sortes de discours, des militants « du climat » aux ministres et start-uppers. Depuis quelque temps, il envahit aussi les discours sur le futur des territoires montagnards, porté aussi bien par les écolos de Mountain Wilderness que par les businessmen du salon Mountain Planet, qui s’est déroulé à Grenoble fin avril. Sept mois après les « états généraux de la transition du tourisme en montagne » premier point d’étape.

  • La chasse au mâle des montagnes

    Ces dernières années, les sports de montagne se féminisent de plus en plus. Même si c’est pas toujours facile pour les pratiquantes. Marcia fait le point dans une lettre à une illustre inconnue.

  • « À l’époque, dans la vallée, il y avait beaucoup d’entraide »

    Une vie quotidienne sans eau courante, sans électricité, sans route, sans moteur. Toute l’année, malgré six mois enneigés et les dangers omniprésents de la montagne. À l’heure de la dépendance accrue à toutes sortes de prothèses technologiques, cette vie exempte de modernités semble inconcevable et appartenir à une époque lointaine et depuis longtemps révolue. Et pourtant, certains la menaient encore dans des montagnes pas très éloignées de Grenoble jusque dans les années 1960. Marie-Thérèse Turc a grandi au Puy, un hameau de Saint-Christophe-en-Oisans accessible uniquement à pied. Loin des clichés sur la vie de souffrance menée en ces territoires reculés, elle garde un « bon souvenir de son enfance » et nous livre nombres d’anecdotes sur ses jeunes années.

  • Les bastons du berger

    Un héros. C’est ce qu’on s’est dit cet automne quand on a vu les multiples articles de presse titrant : « Un berger détruit un drone ». Lui a été moins euphorique en subissant la tempête médiatique nationale déclenchée par son interview initiale accordée à France Bleu Isère, racontant une de ses mésaventures vécues l’été dernier.
    Alors qu’il attend son procès pour cette destruction, Félix aimerait surtout parler d’autre chose que de cette histoire – certes cocasse et symptomatique – mais anecdotique. Si son troupeau a été «  attaqué  » par un drone, c’est surtout à cause des différents conflits d’usage qui s’intensifient dans les terres d’altitude. Surpâturage, protection des espèces, chiens de protection, invasion des touristes, partage de la montagne : c’est parti pour une grande balade dans les alpages.

  • Charbon pour le moral

    Jusqu’à peu, les charbonnières ne semblaient appartenir qu’au passé. Un passé fumant et laborieux où, dans toutes les forêts autour de la cuvette, des exploités veillaient nuit et jour autour d’une meule afin de transformer le bois en charbon. Mais depuis quelque temps, deux associations du Vercors et du Trièves se sont remises à produire du charbon de manière artisanale. Avec des objectifs divers : apprentissage d’un savoir-faire ancestral, créations artistiques, expérimentations autour des multiples usages possibles du charbon, prétexte pour vivre un mois à plein en forêt ou pour créer des moments de liberté festifs, de plus en plus rares par ailleurs. Balade au pays des gueules noires.

  • Pour le Néron

    « Le Néron est pourtant une petite montagne très belle et très originale. Son seul tort est d’être différente.  » C’est une partie de la préface d’un impressionnant livre consacré à cette montagne « maudite  » qu’est le Néron. Une mine d’or d’informations et d’histoires humaines.