Actualités

  • Retrouver le temps de se perdre

    Pourquoi avons-nous tenu si longtemps ? Douze ans à faire un journal tous les deux mois, cinq par an avec la pause estivale. Une régularité de métronome. Une discipline à toute épreuve.

    Jamais rien ni personne ne nous a obligés à tenir ce rythme. On aurait pu espacer. Ou en sauter un de temps en temps. Ou arrêter. Mais non. Depuis douze ans, tous les deux mois, un journal. Soixante-cinq numéros (avec le numéro zéro). C’est peu et beaucoup à la fois, surtout pour une petite équipe de branquignoles comme la nôtre. Vingt pages A3 tous les deux mois, c’est pas non plus l’amer à boire. Mais quand même : à chaque numéro, il y a plein de sujets commencés non-aboutis, et puis les articles qu’il faut terminer, décider lesquels paraîtront, les écrire, calibrer, réécrire, corriger, illustrer, maquetter, encore corriger, traquer le double espace, et enfin créer le PDF final. Souffler pendant les trois ou quatre jours d’impression et puis, les journées de distribution, de vente à la criée, d’envois, de réponses aux mails laissés dans le vent pendant des semaines. Après, une courte pause et replonger dans le numéro suivant. On se plaint pas hein, on raconte. À vrai dire, on est même plutôt heureux de se dépatouiller dans tout ce bordel.

    N’empêche qu’à chaque fois, les deux mois passent comme deux semaines, trop vite.
    C’était pas notre plan, il y a douze ans. Quand on a lancé ce canard, on avait bien marqué sur la une « parution à l’improviste  ». On voulait pas se mettre un boulet au pied. Quitte à être pas ou mal payés, autant ne pas avoir le stress du rétroplanning, autant avoir la liberté de pouvoir se perdre, de ne pas avoir une copie à rendre à date fixe.
    Mais en fait, au bout d’un moment on s’en est rendu compte : sans l’avoir planifié on sortait un journal tous les deux mois. Alors on a acté cette régularité. Le « parution à l’improviste » a laissé place sur la une du numéro 12 (octobre 2011) à « bimestriel à l’improviste » puis tout simplement à partir du numéro 13 « bimestriel ». Et depuis ce temps, cinquante numéros quand même, dix ans ma gueule, ça n’a pas changé.

    Le Postillon n’est plus «  à l’improviste », il est « bimestriel ». Pourquoi cette régularité ? Pour faire sérieux auprès des buralistes, des lecteurs ? Pour rassurer les abonnés ? Pour rentrer dans une case, pour être respectable ? Pour assurer quelques rentrées d’argent régulières et pouvoir (un peu) se payer ?

    Toujours est-il que dernièrement, on se sent un peu enfermés – notamment – par cette régularité. Il y a aussi les départs de certaines personnes, cette sordide psychose sanitaire et ses multiples prises de tête, l’indifférence croissante pour la presse papier en général, etc. Bref, on a un peu le sentiment de vivre une fin de cycle.

    Comment (se) donner de l’air, comment (se) surprendre ? Dans l’idéal, on aurait aimé changer la périodicité pour la réduire, passer en mensuel, ou en quinzomadaire, faire un journal sur le vif, plus nerveux, encore plus à l’arrach’ que maintenant, ruer dans les brancards. Jolis fantasmes mais force est de constater qu’on a pas les forces pour, en tout cas pour l’instant.

    Alors, à moyen terme, on va plutôt espacer. Faire des numéros plus conséquents mais moins souvent. Sûrement chambouler le format, le papier, la maquette (et donc aussi… le prix) [1]. À vrai dire on sait pas encore trop. Ce qui est sûr, c’est qu’on sortira un nouveau numéro spécial montagne avant l’été. Pour celui-là comme pour les prochains, on a surtout envie de retrouver le temps de se perdre.

Derniers articles en ligne

  • De Bonne en quartier modèle écolo : un prix pipé

    «  Grenoble, vitrine d’un nouvel urbanisme  » (L’express, 04/11/2009), «  La ZAC de Bonne de Grenoble, vitrine des éco-quartiers français » (Novethic, 06/11/2009)... Une avalanche d’articles de presse élogieux a accompagné la remise à la ville de Grenoble et son quartier de Bonne du « grand prix écoquartiers 2009 » par Jean-Louis Borloo, ministre de l’Ecologie et du vin rouge

  • Un tram pour des habitants ou des habitants pour un tram ?

    Le 3 octobre dernier à l’Hôtel de ville, au cours d’une réunion publique sur le réaménagement de l’Esplanade, Michel Destot, maire de Grenoble et Jacques Chiron, adjoint aux déplacements, légitiment leur projet de construction de milliers de logements par la future arrivée du tram E : «  C’est parce qu’on va apporter des habitants que le tram aura son utilité (...) Une condition de cette ligne E, c’est que les communes s’engagent à densifier » (Chiron).

  • Précision

    « Incroyable ! Vallini s’expose au CNAC ! », « Hallucinant, ce graff de Migaud, il est où ce mur ?  ». Plusieurs lecteurs nous ont fait part de leur étonnement en découvrant les photomontages du précédent numéro du Postillon.

  • Edito

    «  Ah non je crois que ça ne va pas être possible. Ici, on ne met pas de choses qui critiquent Destot et la mairie. C’est un service public municipal, c’est la mairie qui nous finance, alors voilà c’est dommage mais on peut pas laisser ça à la lecture  » répond une employée de la bibliothèque Saint-Bruno à qui l’on demandait de laisser en libre consultation les deux premiers numéros du Postillon.

  • Cité Jean Macé : Le «  dernier village gaulois  » survivra-t-il à la métropole ?

    Après la démolition-reconstruction de leurs immeubles, les habitants de la cité HLM Jean Macé s’apprêtent à voir pousser 11 tours de 30 mètres dans le terrain vague voisin. Ces changements affecteront-ils l’ambiance «  villageoise  » régnant au sein de cette vieille cité ouvrière ?

  • Pourquoi le Daubé est-il daubé ?

    JPEG C’est une affaire entendue depuis des dizaines d’années : dans les bistrots, les ateliers, les salles d’attente ou les chaumières ; à Grenoble ou ailleurs, on appelle le Dauphiné Libéré le « Daubé ». Ce surnom lui va si bien, résonne tellement comme une évidence que personne ne se donne la peine de l’expliquer. D’où vient-il ? Un hasard, un mauvais jeu de mots ? On ne sait pas. Le Dauphiné Libéré est daubé, voilà tout. Pourquoi perdre son temps à le démontrer ?

  • Do you love Gre ?

    Ils auront été la nouveauté du Cabaret Frappé 2009 : des jeunes, en groupe, vêtus de tee-shirts bleus estampillés «  I love Gre  » d’un côté et «  tranquil’été  » de l’autre, déambulant, un peu perdus au milieu des mondanités du Jardin de Ville. Embauchés par la Mutuelle des Etudiants (LMDE), mais salariés par la ville de Grenoble, ils ont pour mission de ramener le calme au centre-ville en raisonnant les fêtards.

  • Cité Viscose à Echirolles : la hausse des charges ne passera pas

    Les travaux réalisés l’an dernier pour installer le chauffage urbain à la cité HLM Viscose ont servi de prétexte à une hausse des loyers, sans pour autant faire baisser les prix du chauffage… L’association des habitant-e-s a demandé des explications au bailleur social OPAC 38 ainsi qu’à la Compagnie de Chauffage, société mixte qui réalise des bénéfices. En attendant des réponses claires, certain-e-s habitant-e-s refusent de payer la régulation de charges exigée par l’OPAC en juillet 2009. « Nous voulons payer le prix juste. Nous n’avons pas les moyens de payer des actionnaires ! »

  • "J’ai visité Minatec"

    On a beaucoup entendu parler de Minatec il y a quelques années, avant et au moment de son inauguration en Juin 2006. Ses promoteurs s’extasiaient alors à longueur d’articles sur ce futur «  premier centre européen pour les micro et nanotechnologies  », allant tirer l’agglomération grenobloise vers le haut de la compétitivité internationale.

  • L’école de commerce va sauver le monde !

    «  On a fait un freeze pour avoir une retombée médiatique et on a vendu des stylos tout l’après-midi pour financer nos actions de solidarité envers les pauvres en France et les pays du Sud.  » Sous la pluie de ce mardi 15 septembre, l’étudiant de GEM (école de commerce de Grenoble) membre de l’asso de l’école SOS (Savoir Oser la Solidarité) ne doute pas de la réussite de leur action.

0 | ... | 1120 | 1130 | 1140 | 1150 | 1160 | 1170 | 1180 | 1190 | 1200 | 1210